AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez | 
 

 [Nouvelle] Le Labyrinthe de Cristal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InquisiteurArax
Citoyen
avatar

Messages : 5

MessageSujet: [Nouvelle] Le Labyrinthe de Cristal   Sam 1 Juin - 15:51

Ceci est un texte réalisé dans le cadre d'un concours d'écriture il y a quelques temps déjà. Les thèmes étaient Trahison, Bannière et... Destin peut être? Je ne suis plus tout à fait certain... Dans tout les cas j'espère qu'il vous plaira!



*******************


L'espace! Froid comme la glace et infini comme les possibilités. Depuis dix mille ans et la fin de la Grande Trahison, le sorcier en avait fait sa demeure, son refuge loin de la guerre et de la barbarie, loin de la folie de l'Empereur et de la soif de sang du maître de guerre.

Depuis dix mille ans les tours de Prospero étaient tombées, marquant la fin d'un age de sagesse, l'avortement d'un futur de connaissance et de savoir. Sous les coups de boutoir des loups fous de Fenris, les Mille Fils avaient été contraint à la fuite et à la déchéance, soumis au destin et promis à la guerre. Mais pas lui.

Il avait renié l'Empereur et son rêve tourné vers le passé. Il avait délaissé Magnus et la folie qui s'était emparé de lui. Prenant quelques uns parmi les plus sages de sa compagnie, il s'était enfuit de parmi les siens, choisissant le chemin de traverse qui le conduirait vers les innombrables possibilités de son futur. Il avait été Novus, capitaine de la dix huitième compagnie des Thousand Sons, maître du savoir et seigneur sorcier. Maintenant, il était un renégat parmi les siens mais un élu de l'Architecte du Changement.

Son seigneur lui avait accordé de vivre dans sa tour, retiré du monde, libre d'étudier les infinies possibilités du warp à sa guise. Depuis des millénaires, la gigantesque construction flottait dans l'immensité du vide. Longue de plusieurs centaines de kilomètres, la flèche de cristal paraissait être le chef d'œuvre d'un architecte génial. Ou totalement dément.

Chacune de ses facettes reflétaient la lumière des milliers d'étoiles alentours alors même que des flammes bleues et blanches brûlaient éternellement dans le vide de l'espace. Telle une ceinture de diamant, neuf grand anneaux étincelant tournaient autour de la structure démentielle reliés les uns aux autres par des ponts d'or et d'argent liquide. Des centaines de flèches partaient du corps même de la tour dans des directions qui pouvaient sembler totalement aléatoires mais qui de fait formaient dans les ténèbres un signe cabalistique drainant les énergies du warp en ce lieu de néant. Ainsi malgré l'impossibilité physique que cela arrive, des nuages bleu électriques, violets ou dorés se formaient autour de la construction, se lovant sous ses arches ou remontant le long de ses face miroitantes.

Depuis des millénaires, ce lieu avait connu une douce quiétude, seulement animé par d'occasionnelles expériences magiques ratées. La tour était devenu un mythe parmi les adorateurs de Tzeentch, un sanctuaire du savoir où une formation était donnée à tous ceux qui servaient le dieu. Mais cette époque était révolue. Abbadon en avait décidé ainsi et malgré tout les pouvoirs du sorcier, la guerre était sur son sanctuaire.




Le gigantesque cuirassé du chaos émergea du warp, sortant avec soulagement de la tempête houleuse d'énergie pure qui entourait ce lieu. Deux autres croiseurs du chaos le suivirent rapidement et avancèrent en formation à ses cotés pour se diriger vers la tour. Malgré leur taille titanesque, les géants de l'espace paraissaient minuscules en comparaison de la structure des serviteurs du changement et leur coques noires et or semblaient bien fades face à la merveille spatiale étincelante. Pourtant, l'œil jaune de la Black Legion leur donnaient l'arrogance d'avancer face au sanctuaire et même d'en menacer le maître. Des essaims de chasseurs se mirent à entourer les trois bâtiments alors même que des étranges machines virevoltaient dans l'espace alentour comme un avertissement de la part du sorcier qui était prêt à se battre pour conserver la quiétude de son étude.

Sur la passerelle de commandement, Solion Gardien des Crânes, ancien membre de la légion des World Eaters et élu d'Abbadon se leva de son fauteuil de commandement, son armure terminator écarlate luisante de sang frais lui donnant une stature des plus imposantes. Il activa une communication directe avec la tour, un rictus de colère marquant ses traits. Après quelques hésitations, l'écran pix du cuirassé de classe Despoiler afficha l'image étrange du maître de la tour.

Le sorcier de Tzeentch était glorieux dans son armure blanche parcourut d'éclairs bleutés. Il portait une épée dont la lame léchée par les flammes semblait se distordre sous les yeux mêmes du berserk de Khorne. Des visages moqueurs ne cessaient de paraitre à la surface de la l'épée comme de la cuirasse, et l'élu d'Abbadon sentit la colère monter au seul souvenir de leur jacassement incessant. Il connaissait ce sorcier et en voulait la mort mais le maître de guerre avait d'autres plans et il lui fallait parler avant de trancher.

-Je suis Solion, Elu de Khorne, lieutenant d'Abbadon le Fléau, Destructeur de Khar Dunia. Je suis venu chercher Novus, Renégat Thousand Son, élu de Tzeentch, maître sorcier. Le fléau se prépare à lancer sa croisade noire et tous les serviteurs des dieux noirs doivent répondre à son appel.

Sur l'écran pix, le berserk de Khorne put voir les centaines de visages parsemant l'armure de son rival mimer un rire moqueur. Le sorcier pour sa part restait immobile, son expression cachée par son casque ouvragé. Une voix sifflante finit cependant par retentir dans le stratégium.

-Je sais qui tu es fou, et tu sais qui je suis. Tu sais aussi que je ne viendrais pas, que je n'ai rien à faire du fléau comme je ne me souciais pas d'Horus. Ton destin t'a mené ici pour que jamais tu ne puisse t'enfuir mais pour ma part, mon chemin ne me mènera pas à Cadia.

Le sorcier savait déjà depuis longtemps que le guerrier viendrait le chercher. Il savait que l'univers lui même allait être altéré par ce que préparait Abbadon, mais il savait aussi que son rôle dans la croisade noire n'aurait aucune commune mesure avec celui qu'il se modelait depuis des siècles. Il était un serviteur de l'Architecte et il s'apprêtait à imprimer sa propre marque dans la trame du temps, en altérer la course et en changer le fil. Rien ne le détournerait de cette voie et l'affrontement à venir ne serait qu'une étape de plus vers l'accomplissement de ses desseins.

-Tous les guerriers du chaos se doivent de prendre part à la croisade!
-Je ne suis pas un guerrier, rétorqua le Tzeentchite, je suis un sorcier, un modeleur de destin. Si tu souhaites être un chien de guerre obéissant libre à toi mais tel n'est pas ma voie.

A travers la gigantesque sphère de cristal qui lui servait à communiquer, le sorcier put voir la colère et la haine déformer les traits de l'adorateur du dieu du sang. Ses serviteurs reculèrent prudemment alors même que d'un coup de poing de sa massive armure, il défonçait une console de son vaisseau.

-Si tu n'est pas un guerrier, comment m'a tu combattu autrefois? Quel lâche est tu pour te cacher dans ta tour alors que résonne l'appel des dieux? Viens sur le champs où je viendrai te chercher moi même au cœur de ton dédale!
-Nul besoin n'est d'être un guerrier pour vaincre une loque telle que toi. Si tu veux me chercher, grand bien t'en fasse mais sache juste que seule le néant t'attend.

Le sorcier savait plus que pertinemment que c'en était trop. La communication se coupa alors que les trois colosses de l'espace s'orientaient vers une trajectoire d'attaque de la tour. Tels étaient les serviteurs de Khorne, impulsifs et sanguins fils d'un barbare dément, ils étaient des pions aisément manipulables pour un modeleur. Novus savait que ce boucher en particulier possédait une chose qui l'intéressait et ce n'était que pour cela qu'il avait été conduit jusqu'à la tour. Et qu'il y mourrait.




Les anneaux de la flèche s'étaient mis à tourner de plus en plus vite et dégageaient maintenant une lueur dorée, auréolant la tour d'un halo de lumière. Tels des oiseaux de mauvais augure se dirigeant vers le soleil, les trois vaisseaux noirs filaient à travers les cieux, entourés d'un ballet intense entre leurs chasseurs et les oiseaux de feu du repaire du sorcier. Des éclairs d'énergie pures partaient des flèches du sanctuaire avant de venir frapper les navires de la Black Legion, heurtant violemment leurs boucliers dans des éclats d'énergie aveuglant alors même que les pièces d'artillerie de ces derniers frappaient la structure cristalline, brisant ses façades en des milliers d'éclats scintillants se dispersant dans l'espace infini. Tel un oiseau contemplant les étranges facéties de deux géants terrestres, le sorcier observa la vaine charge des croiseurs chaotiques avant que le premier, parcourut d'éclairs en tout sens, n'explose dans une floraison de flammes rapidement étouffée par le vide. Les deux survivants tentaient tant bien que mal de poursuivre leur barrage de feu tout en continuant leur progression, mais Novus pouvait clairement voir que fragment après fragment, les mastodontes étaient disséqués par la magie de la tour.




Le Despoiler augmentait de plus en plus l'énergie destinée à ses réacteurs alors même que ses boucliers étaient un à un surchargés par les attaques psychiques d'une puissance incroyable de la part des sorciers. Le croiseur de classe Carnage à son flanc finit par être disloqué par l'énergie concentrée contre lui, sa poupe comme sa proue séparées tandis que l'air s'échappait de ses couloirs laissés béants. Malgré la dévastation, la tour ne cessait de croitre devant les yeux de Solion le boucher et telle était la seule chose qui lui importait. Les auspexs paniqués ne cessaient de gémir face au choc qui ne cessait de se rapprocher mais il n'en avait cure. D'un geste mille fois répété il mit en place le casque de son armure et vérifia l'attache de sa bannière dorsale avant de se diriger vers le les profondeurs de son vaisseau où sa compagnie s'était assemblée. Il avait su dès le premier moment que cet instant arriverait. Son seigneur lui avait confié la tâche de rapporter le sorcier et il le ferait même si il serait plus mort que vif. Depuis des siècles il devait trainer l'humiliation d'avoir été vaincu par ce traitre et aujourd'hui, à la tête de ses meilleurs hommes, il allait profaner le paradis de son rival, l'inonder de sang et prendre la tête de son seigneur. Tel était son but, tel devait être son destin, le Seigneur des Crânes y pourvoirait.

Il entra ainsi dans une salle au murs blindé aux murs recouverts d'entrailles. L'odeur du sang et de la mort vinrent aux narines du seigneur beserk tel la plus douce des senteurs. Dans la lueur vermeille, il pouvait distinguer ses hommes: soixante quatre space marines, dévoués à lui et à Khorne. Huit fois huit, le chiffre sacré du sang.

Un fracas assourdissant retentit alors que le vaisseau percutait finalement la gigantesque structure, sa coque s'écrasant avant d'en percer les murs chatoyants. Dans la pièce renforcée, les berserkers ne firent pas plus d'un pas pour se stabiliser alors que les terminators ne prenaient même pas la peine de broncher. Une alarme se mit cependant à retentir violemment annonçant des dommages critiques mais Solion ne s'en souciait pas. Face à lui se trouvait sa Némésis et rien ne l'en détournerait. Prenant la tête de sa compagnie, il s'élança à travers les couloirs en désordres où meubles retournés et cadavres broyés se côtoyaient, témoins de la violence de l'éperonnage. Solion n'en avait rien à faire, tous pouvaient mourir tant que lui triomphait au final.

Après quelques minutes de marche, son auspex lui annonça qu'il se trouvait non loin de la coque même du vaisseau et donc d'un accès a la forteresse du sorcier. Avec un beuglement animal, il cria alors le nom de son dieux et sa funeste formule en entrant dans un couloir à l'extrémité brisée et à travers laquelle on pouvait voir l'univers éclatant qui l'attendait. Il s'élança sans se soucier des cristaux qui commençaient déjà à envahir son ancien vaisseau. Le voile rouge était tombé devant ses yeux et une seule chose le ferait tomber.

-Du sang pour le Dieu du Sang!




Novus observait la progression de son ennemi à travers son orbe de cristal. Le barbare et ses hommes s'étaient jetés sur sa fine tour avec une folie que le sorcier n'avait même pas osé imaginer. Parmi tous les destins qu'il avait vu, celui ci était le plus absurde, et le plus dangereux!

Les guerriers sanguinaires s'étaient plongés dans son sanctuaire, broyant de leurs semelles d'adamantium des fleurs de verres, réduisant à néant des murs de pensées, brûlant des tomes de savoir perdu. On ne pouvait les laisser saccager ce qu'ils ne comprenaient même pas! Il fallait les détruire et le labyrinthe lui même en était capable.




Solion enrageait. Depuis dix minutes qu'il s'était engagé dans ce clapier maudit, il n'avait pas rencontré âme qui vive, seulement de folles structures et des plantes dérangeantes. Il se trouvait au milieu de gigantesques allées dissymétriques aux parois reflétant tous ceux qui s'y engageait de la plus détestable des façons. Des centaines de voix grinçantes ou sifflantes résonnaient à ses oreilles ou à celles de ses suivants, se moquant d'eux et de leur stupidité. Le seigneur de Khorne franchit un croisement et se retrouva face à un couloir infini. Il s'y engagea, suivit par ses hommes et vit que toute une foule se portait à leurs devant. Enfin un peu d'action, pensa t-il.

Cependant, plus il se rapprocha de cette foule, plus il devint manifeste que quelque chose n'était pas naturel. Les spaces marines qui s'avançaient face à eux ne portaient pas les couleurs azur des serviteurs de l'architecte mais celles pastel du Seigneur de la Dépravation. Que pouvaient faire des adeptes de Slaanesh en ce lieu? Il n'en avait pas idée, mais ils allaient payer. Solion s'élança, la bave au lèvre et les fous qui leurs faisaient face accélérèrent de même. Mais maintenant qu'il pouvait les distinguer plus nettement, une terrible réalité lui apparut. Chacun de ces guerriers avait le visage de l'un de ses hommes et se déplaçait dans une imitation moqueuse de son modèle. Au milieu de la masse des dépravés, Solion se vit lui même, être à la beauté sculpturale et à la débauche avérée.

Un miroir! Ils avaient été leurrés par un miroir! Face à eux se tenaient un reflet moqueur et Solion fit feu de son bolter sur la création démoniaque pour mettre fin à l'illusion.

Par une magie impie, les reflets esquivèrent les tirs et rendirent un feu qui, aussi absurde que cela puisse paraitre, faucha plusieurs astartes. Enragés, les berseks de Khorne se jetèrent en avant et engagèrent le combat avec leurs reflets, échangeant des coups d'une violence inouïe. Solion se trouva face à lui même et se jeta avec rage sur son opposé. Pour une raison qu'il ne comprit pas tout de suite, sa cible était bien incapable de lui faire face. Avec des mouvements d'une lenteur exaspérante, elle tentait de parer ses coups ou de porter des attaques qui, si elles étaient exceptionnelles pour un astartes normal n'étaient pas à la hauteur d'un seigneur du chaos! Solion finit par porter un coup de sa hache tronçonneuse, tranchant un membre de son reflet. Le seigneur répéta son attaque une fois, puis deux, et une dizaine encore, jusqu'à ce que le corps qui lui faisait face ne soit plus qu'une masse rouge dans une armure de même couleur.

Lorsque Solion releva les yeux, il se rendit que seuls les serviteurs de Slaanesh l'entouraient et que certains en étaient réduit à combattre entre eux. Il se jeta à l'assaut et le voile tomba. De sa hache, il en moissonna des dizaines, de son armure, il écrasa les blessés et les mourants. Certains tentèrent de riposter mais leurs armes ne firent que riper sur son armure terminator. Il était le moissonneur et les champs de mort seraient carmins!

Le voile finit alors par tomber des yeux du seigneur essoufflé. Des dizaines de cadavres l'entouraient mais c'est avec une certaine horreur qu'il constata que tous portaient l'armure rouge des disciples du sang. Les corps brisés des suivants de Solion étaient emmêlés dans un chaos obscène tel que leur combat fratricide les avaient laissés. La magie du lieu avait altéré leurs sens et leur avaient fait croire que leurs frères étaient ses ennemis honnis. Maintenant ils étaient morts combattant pour le simple amusement de celui qu'ils étaient venus tuer. Le seigneur des crânes se mit à pousser un terrible beuglement de colère qui se répercuta entre les murs de cristal mais alors même que les parois lui renvoyaient une image déformée de lui même, l'écho qui lui revint et le tourmenta alors que ses lamentations étaient accompagnées de celles qu'il avait poussé après chacun de ses échecs. De désespoir, il en tomba à genoux alors qu'au plus profond de la tour, un rire montait, croassant comme le cri d'un corbeau.

-Petit chien avide de sang, ne profite tu pas des subtils changements? Grogne, aboie tant que tu veux, contre moi, rien tu ne peut! Ton destin est un fil grossier, mais je vais cesser de le tordre, je vais le couper!




Novus riait de la folie de son adversaire, de la simplicité de son esprit, de la bêtise de sa tactique. Il avait divisé ses hommes en petits groupes, maintenant, séparés par un labyrinthe de cristal infini, ils s'entretuaient, incapables de voir qu'ils servaient les plans d'un maître bien plus grand. Debout au milieu des cadavres, seuls ses échecs parvenaient aux oreilles de son prétendu rival. Perdu dans les ténèbres de sa propre bêtise, il avait conduit son avenir à la nuit. Maintenant les couloirs scintillants s'altéraient subtilement afin de guider les derniers survivants des combats fratricides vers le point final de leur vie. Novus les détruirait de ses propre mains, il prendrait sur le corps vidé de son âme de Solion le fameux objet qui avait tout déclenché. Bientôt les âmes seraient entre ses mains et un changement tel que l'humanité n'en avait plus connu depuis des siècles allait survenir.




Le seigneur terminator enrageait, frappant de ses poings blindés les murs translucides qui l'entourait tout en progressant inlassablement. Il avait pu contacter brièvement le reste des hommes qui n'étaient pas restés avec lui et tous étaient plus ou moins tombés dans le même piège que lui, tuant leurs frères et jouant pour leur ennemi. Mais depuis plus rien, aussi continuait il a avancer inlassablement, la bannière plantée dans son dos gémissant maintenant que les âmes de ses hommes les plus fidèles avaient rejoint celles de ses innombrables victimes précédentes. Du sang en coulait éternellement, reliquat des âmes en décomposition qu'elle abritait. Il avait espéré enfin y enfermer le maudit sorcier mais l'esprit défait du serviteur de Khorne semblait finir par juger qu'il serait lui même le prochain résident de son funeste artefact et cela le plongeait encore plus profondément dans le désespoir.

Les couloirs finirent par s'ouvrir sur un titanesque dôme aux reflets irisés. Les multiples facettes de cette création incroyable renvoyaient une réverbération infinie de cette même salle, lui donnant une ampleur qu'un esprit mortel ne pouvait contempler sans sombrer dans la folie. Des ilots d'argents flottaient dans le ciel et des fleuves d'or liquide s'en écoulaient, tantôt vers le bas, tantôt vers le sommet du dôme où un lac de métal liquidé s'était formé. Au centre de cet univers de folie se tenait le sorcier, entouré d'une trentaine de ses serviteurs astartes en armure scintillantes. Des éclairs d'un violet clair ou d'un bleu électrique couraient sur le sol depuis ses pieds à forme de pattes d'oiseaux et deux ailes multicolores se détachaient du dos de son armure ouvragée.

Un esprit sain aurait été achevé par la folie à l'état brut qui se dégageait de ce lieu mais Solion, pour sa part, trouva enfin l'étincelle manquante pour rallumer la flamme de sa haine. Sa Némésis se tenait enfin face à lui et rien ne l'empêcherait de la tuer. Ses pulsations de haines furent ressenties par sa bannière dont les âmes à demi effacées se mirent à beugler de rage. Alors que les derniers survivants World Eaters émergeaient du tortueux labyrinthe, la folle réalité de cette place se mêla avec la rage brute d'une autre. Le lac d'or qui flottait au dessus de tous ceux présent se mit à se teinter de rouge alors que certains des vitraux kaléidoscopiques se ternissaient sous l'influence du dieu sauvage qui avait décidé de s'emparer de cet endroit.

Lorsque le seigneur berserk s'élança en avant, il vit qu'il s'éloignait plus de son ennemi qu'il ne s'en rapprochait, ses sens une fois de plus trompés par la magie ambiante. Mais un voile rouge tomba devant ses yeux et sa simple colère surmonta les artifices de Tzeentch. Alors qu'une pluie de sang se mettait à tomber, les féroces marines en armures écarlates se jetèrent en avant alors que partout autour de la bannière impie, entraient dans notre réalité les féroces fantassins du dieu du sang. La charge enragée semblait ne pas pouvoir être stoppée et le destin des manipulateurs semblait finalement être la mort par les mains de ceux-la même dont ils se moquaient.

Mais les sorciers gardèrent leur calme. Avec précision et efficacité, ils tracèrent dans les airs des symboles cabalistiques et en quelques instants, éclairs et flammes multicolores se mirent à fuser vers la charge écumante. Les corps volèrent, à moitié fondus par la magie issue du warp. Certains berserk se convulsèrent alors que leurs armures craquaient et furent bien vite réduits à l'état de bêtes aveugles et sauvages, attaquant leurs anciens alliés. Même les démons semblaient impuissants à contrer une force venant de leur propre monde et l'union de la pluie rouge et des éclairs multicolore donnaient à la scène des allures de feu d'artifice apocalyptiques.

Un nouvel éclat rouge sombre apparut et de là sortit une meute de chiens rouges écumants qui semblait immunisée aux attaques des serviteurs de l'Architecte des Destinées. Ils franchirent l'espace en quelques instants, jouissant d'une vitesse impossible pour des créatures si massives et musculeuse avant de sauter à la gorge des astartes aux armures scintillantes. Le fluide carmin se mit à couler, se mêlant à celui qui tombait des cieux. Le sorcier concentra alors son esprit contre ces nouvelles créatures et puisant dans un savoir incommensurable, il lança un sort qui coupa leur lien avec l'univers matériel. Mais grâce à ce répit, les quelques survivants des disciples du sang finirent par rejoindre leurs frères honnis et le massacre commença vraiment.

Les surhommes échangeaient les coups avec une maîtrise dépassant l'imagination. Un serviteur du changement lança un puissant estoc de sa lame de pure énergie, le world eater qui lui faisait face esquiva d'une roulade sur le coté avant de se relever et de porter un coup à la jambe de son ennemi, celui ci, comme si il avait vu venir le coup s'écarta au dernier moment avant de porter un coup qui entailla profondément l'épaulière de son adversaire mais le berserk ignora la vie qui se mettait à couler de lui et profita de son élan pour rentrer dans son adversaire. Le Thousand Son renégat ne put rien faire lorsque, déséquilibré, il se fit couper les deux bras d'un revers de l'épée de son adversaire. Il dut assister tel un spectateur impuissant à sa défaite, pliant en deux sous un coup de genoux de son adversaire avant que celui ci le lui ouvre le ventre de son épée tronçonneuse. Les tripes et le sang se mirent à se déverser sur le sol et le serviteur du Dieu des Crânes, éclaboussant de délicates feuilles d'idées poussant du sol. Alors que son visage était déformé par la rage, le boucher se mit à exulter:

-Du sang, du saaang! Pour le dieu du sang!

Plus loin, un sorcier s'éleva avec un sourire au dessus de la masse des corps à corps. Alors que ses yeux irradiaient d'une lueur sombre, il déversa un torrent de changement à l'état brut sur ses ennemis. Une masse indescriptible pour un esprit sensé se jeta sur astartes et démons, s'ouvrant face aux disciples de Tzeentch tout en engloutissant ceux de Khorne. Un rire monta, démoniaque et effrayant, avant d'être interrompu par un seul bolt dans la tête du Tzeentchite.

Partout se décidaient les destins de ceux qui pensaient pouvoir régner sur la galaxie. Au plus profond du warp, une conscience d'une complexité effroyable se riait du sort de ses pions. Mais celle de son frère était tourné vers un autre duel, tout aussi vain mais au combien capital!

Solion et Novus se tournaient autour, ancien camarades devenus ennemis mortels, chacun ne songeait plus qu'à vaincre son opposant. désireux de mettre un terme à une histoire vielle de dix millénaires. Novus tenait son arme d'une main assurée, une lame de métal liquide qui ne cessait de se distordre sous le regard vide d'âme de son adversaire. Il para une attaque haute mais fut forcé de reculer sous la violence du coup. Il ne pouvait affronter sur le plan physique un élu de Khorne en armure terminator. Un revers magistral de hache tronçonneuse fonça vers son cou mais le Sorcier parvint à se baisser à temps et porta une attaque dans l'aisselle de son adversaire qui ripa contre les plaques de l'armure terminator. Emporté par son élan, il passa derrière le seigneur terminator qui commençait déjà à se retourner et s'envola dans les airs en éviscérant un berserk d'un coup de son arme démoniaque. Il se retourna et d'une parole déchaina une réelle tempête d'éclairs contre son opposant.

Solion avançait difficilement au milieu de la tempête. Une énergie incontrôlée entrait dans son corps, brûlait ses chairs, faisait éclater ses veines. Malgré tout, il avançait, un pas après l'autre. Il leva son bolter jumelé et en fit feu dans la direction de sa Némésis mais les projectiles éclatèrent contre un bouclier étincelant. Le Boucher hurla de rage alors qu'il sentait son cerveau réellement bouillir sous son crâne, impuissant face à son adversaire qui tel un ange vengeur semait la destruction la plus totale dans les rangs des serviteurs de Khorne. Il tomba à genoux, la douleur devenant insoutenable, prêt enfin à rejoindre son dieu sous le regard triomphant de son adversaire.

Novus exultait, sentant le pouvoir couler en son corps comme son sang en un flot ininterrompu et intarissable. Rien ne pouvait l'atteindre alors qu'enfin son ennemi s'agenouillait devant lui. Ses ailes étaient dégoulinantes du sang tombant du plafond et il sentait que la bannière maudite du World Eater tentait de drainer ses forces mais le pouvoir provoquait en lui une telle euphorie que rien ne pouvait le stopper.

Il continua a le penser encore alors qu'il chutait lourdement vers le sol. Il se ressaisit rapidement et sortit de son triomphe pour se rendre compte qu'une masse détestable s'appuyait sur son dos. Un molosse du dieu du sang lui avait sauté dessus, son collier le préservant du bouclier lumineux et ce fut sous cette masse de poil démoniaque que le sorcier se trouva plaqué au sol. Il sentit les crocs de la créature se ficher dans son armure, déchirant la céramite et arrachant la chair. Un coup de patte gargantuesque lui arracha une de ses ailes iridescentes provoquant chez le serviteur de Tzeentch un hurlement de douleur. Il sentait une terreur profonde et primale naître au fond de lui. D'une pression psychique il parvint à se dégager un petit peu, pouvant s'adosser contre un des éclats brisés de son royaume désormais souillé de sang. Mais il le voyait, arrivant face à lui, son juge et bourreau, son ancien ami, Solion, Seigneur des Crânes dont la hache avait coupée mille et une vie et dont l'icône personnelle recelait des millions d'âmes. Il était là, point final d'une destinée entamée dans des temps que bien peu avaient connu dans la race des hommes.

-Cela fait dix millénaires que nous nous connaissons Novus. Lors de la Grande croisade nous étions frères d'armes, commença le berserk.
-Cinq fois je t'ai sauvé la vie, cinq fois tu as sauvé la mienne, reprit le fils de Magnus. Notre serment d'amitié devait durer éternellement, continua le sorcier dans un murmure saccadé.
-Puis est venue l'hérésie, le Maître de Guerre m'a envoyé à ta poursuite et c'est là que notre destinée a tournée. Maintenant, l'histoire touche à son terme. Tu vas mourir ici, ta tête rejoindra le trône de Khorne et ton âme restera à jamais dans ma bannière comme celle de tes frères et des miens que tu m'a forcé à y enfermer.

La bataille tout autour du duel avait perdue en intensité, comme si tous retenaient leur souffle face à l'affrontement des deux élus. Le spectacle était saisissant. Sur un dôme de cristal bleuté sur lequel serpentaient des ruisseaux de sang, un ange déchu gisait faisant face à un géant à l'armure rouge calcinée et au visage ravagé. L'épée miroitante gisait au sol alors que la hache se préparait à s'abattre.

-Puis je demander une dernière faveur à mon ancien camarade? demanda Novus dans un souffle douloureux. Au nom de l'honneur pour lequel nous nous sommes battus des décennies durant, pourrait tu me rendre l'hommage au morts de l'ancien temps?

Le seigneur des crânes s'arrêta dans son geste. Il ne ressentait plus ni rage ni haine, la douleur lui avait retiré ses forces le berserk s’était endormi et seul le guerrier restait. Face à celui qui avait été son frère, Solion retira son casque et frappa de son poing sa poitrine, ultime hommage à un rival exceptionnel.

Puis le sang se mit à couler. D'abord un simple giclement puis il se déversa à torrent. Le flot carmin inonda les plaques d’armures, ruisselant sur les runes impies qui rougirent à leur contact. Une âme étincelante quitta le corps du seigneur du chaos, rejoignant en sa bannière toutes les âmes qu’il y avait enfermé. Le métal liquide se mit à s’étendre, s’enfonçant dans le corps déjà mort, laissant la tête nue tomber au sol.

Novus se releva, ne contenant absolument pas le rire cruel qui montait de sa gorge bien qu’entrecoupé par des crachats de sang. Les yeux vides de Solion le fixaient stupidement avec un air à jamais fiché sur sa tête tranchée. L’arme démon du sorcier avait plongée dans la gorge du seigneur de Khorne sous l’effet de la magie et se repaissait désormais des chairs du glorieux guerrier, s’étendant à sa funeste bannière qui figurait désormais le visage torturé d’un homme trahit. Privés de l’énergie de cet artéfact, les démons disparurent rapidement, suivis de près par les derniers servants du dieux du sang mais tout cela n’importait pas aux yeux du sorcier.

Avec une joie malsaine il arracha la bannière de l’armure de son rival, la purgeant par les flammes des symboles de Khorne qui la recouvrait. Il sentait l’énergie pulser sous ses doigts alors qu’il tenait cet antique objet et l’infinité des futurs qui s'offraient à lui grâce à ce nouveau pouvoir défila devant ses yeux. Le changement allait venir et ce serait de son seul et unique fait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Nouvelle] Le Labyrinthe de Cristal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [NOUVELLE 40K] Le labyrinthe de cristal.
» Bijoux cristal et verre boro Créations Eddie Légus
» nouvelle position amoureuse
» Nouvelle chaîne: Max TV
» Nouvelle habillage pour TMC et 16/9

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CITE RUCHE :: Astroport :: Romans/Nouvelles-
Sauter vers: