AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez | 
 

 [Sororitas] l'Ordre de l'Épée Flamboyante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Turielo
Administration (Maître de Jeu)
avatar

Messages : 2052

Feuille de personnage
EXP:
200000/200000  (200000/200000)
Affinité Psychique:
16000/16000  (16000/16000)
Inventaire porté:

MessageSujet: [Sororitas] l'Ordre de l'Épée Flamboyante   Mar 4 Oct - 12:57

SORORITÉ DE L'ÉPÉE FLAMBOYANTE:



  • ORIGINES:
    A l'origine, il faut remonter à la bataille de Ckiffris, planète tombée au Chaos, en début M40. Lors de ce conflit, la Sororité de Notre Dame des Martyres accompagna l'Inquisition pour purger ce monde traître. Lors des combats, la Soeur Augustine Caralis fut blessée à tel point qu'elle demeura dans un profond coma durant plusieurs mois.
    Lors de son réveil, elle agit bizarrement et appela leur Chanoinesse d'alors pour lui parler d'étranges rêves et de visions harmonieuses. Caralis les mena vers la planète déserte de Mundusia, où le détachement de Sororitas trouva un antique temple dédié à l'Empereur. Ses prêtres étaient tous morts et un seul gardien demeuré, rongé par la corruption du Chaos qui l'avait maintenu en vie jusqu'alors.

    La Chanoinesse qui emmena les Soeurs de Bataille sur Mundusia mourut lors de sa confrontation avec le gardien qui tua également plusieurs autres Soeurs. La Soeur Caralis parvint à regrouper les survivantes et entreprit d'abattre l'hérétique immortel.
    Peu de temps avant de le retrouver, les survivantes s'enfoncèrent dans un souterrain sous le temple et aboutirent à une grande crypte poussiéreuse dans laquelle reposait le corps d'un guerrier anonyme. Si son cadavre était depuis longtemps une momie desséchée, seule son arme, une magnifique épée dorée, demeurait intacte.
    Lorsque le gardien corrompu les retrouva, il fit un véritable carnage, usant de pouvoirs interdits.

    Grièvement blessée et à nouveau au seuil de la mort, Caralis s'empara de l'épée dorée qui se mit à luire et à flamboyer. Elle tua le gardien d'un unique coup, l'épée semblant chanter dans la main de la Soeur, alors qu'aucunes de ses camarades n'était parvenue à infliger un quelconque blessure à leur ennemi solitaire.

    Augustine Caralis emporta l'arme bénite et retourna auprès de sa Sororité avec seulement une dizaine de survivantes.

    Une fois de retour, elle conserva l'épée et se battit toujours avec elle, terrassant ses ennemis plus surement qu'avec n'importe quelle autre arme.

    Se détachant de plus en plus de l'Ordre auquel elle appartenait, elle se lia d'amitié avec l'Inquisiteur puritain Jorr Malarius, qui convainquit l'Ecclesiarchie de laisser la Soeur fonder son propre Ordre.

    Augustine Caralis fut consacrée Chanoinesse et fonda l'Ordre de l'Épée Flamboyante.

    Elle se battit longuement aux côtés de Malarius avant de mourir face au Seigneur du Chaos qu'elle combattit sur Pharrax. On raconte que sa fidèle épée engloba son corps mourant de lumière aveuglante qui la consuma entièrement. L'épée demeura alors plantée en terre jusqu'à la fin des combats, personne ne parvenant à l'en retirer.
    Malarius abattit l'hérétique responsable de la mort d'Augustine et fit bâtir un temple autour de l'épée vestige de Caralis, canonisée peu de temps après.
    Le temple fut nommé Avalon et l'Ordre de l'Épée Flamboyante s'y implanta.

    L'épée demeure la seule relique connue de Sainte Caralis et est toujours fichée en terre. On raconte que parfois, elle chante de la voix de sa défunte maîtresse pour celle qui sera assez pure pour l'écouter. Souvent, des Soeurs affirmèrent avoir reçu la Parole de Sainte Caralis et menèrent leurs soeurs dans des campagnes pour la majorité auréolées de gloire.


  • ÉVOLUTION DE L'ORDRE:

    L'Ordre est aujourd'hui dirigé par la Chanoinesse Mathilda Egeria et le Cardinal Octavius Pontius.
    Il compte quelques centaines de soeurs, mais reste globalement un Ordre peu important, militairement parlant. Toutefois, il dispose de nombreux scientifiques, bibliothécaires et théologiens, s'étant forgé la réputation de tenir une vaste bibliothèque sur l'évolution du dogme impérial, mais aussi sur l'étude de cultes hérétiques ou xenos, afin d'en compiler tous les dangers et toutes les failles. Contrairement à beaucoup de quêtes de ce genre chez d'autres, l'Inquisition voit d'un très bon oeil le travail pratiqué au sein de cette bibliothèque, qui n'existe que pour exposer les ennemis de l'Imperium et définir au mieux leurs faiblesses.

    Le temple forteresse Avalon est toujours un lieux de pèlerinage très fréquenté, et la base principale de l'Ordre. Néanmoins, depuis que Soeur Egeria a croisé la route du Purgateur Turielo, l'Ordre s'est aussi durablement implanté dans le sous secteur proche de Mythos.

    Lorsque le Purgateur et Egeria travaillèrent de concert sur diverses affaires de corruption ou de purges, ils se lièrent d'une profonde amitié et demeurèrent des alliés très soudés et très proches.
    Quand le Purgateur alla dans le sous secteur Mythos, chargé par une cellule inquisitoriale puritaine, courant auquel il appartenait alors, d'enquêter sur un regroupement impérial suspect, il découvrit le fameux Ordre de l'Épée.

    C'était précisément cet Ordre sur lequel il devait enquêter, mais ce qu'il y trouva dépassa ses attentes et il ne tarda pas à en devenir un des principaux défenseurs avant d'en devenir membre à part entière.
    Soeur Egeria désapprouva dans un premier temps, alarmée par le manque de foi dont faisaient preuve les principaux acteurs de cet Ordre qui considéraient tous l'Empereur comme un Homme et non comme le Dieu auquel croyait ardemment la Sororitas.
    Mais finalement elle accepta de suivre Turielo, par amitié mais aussi parce qu'elle trouva elle aussi des alliés et des amis de poids au sein de l'Ordre de l'Épée.

    La similitude entre les noms de son propre Ordre et celui plus complexe qu'elle venait de rejoindre amenèrent Egeria a souvent définir les deux Ordres comme un seul et unique.
    Le Cardinal d'alors, Hektor Padriss, l'accusa d'hérésie et de blasphème envers Sainte Caralis, mais ses accusations furent étouffées lorsque lors d'une nuit particulièrement tendue entre ses soldats et les Sororitas, l'épée de la Sainte chanta et fit résonner sa parole dans tout Avalon.
    Sainte Caralis accorda sa bénédiction à Egeria et commanda à Padriss de faire preuve de discernement et d'amour pour elle même.

    Ce fut lors de cette nuit également que la Sainte énonça sa prophétie qui aller devenir la ligne directrice que suivraient les soeurs de bataille de l'Ordre.

  • LA PROPHÉTIE DE SAINTE CARALIS:

    Le temps est venu de l'odieuse obscurité sur ce que nous défendîmes.
    La corruption s'est installée au sein même de notre glorieux Imperium plus dangereuse encore que le Chaos lui même.
    Par leur stagnation et leur obscurantisme, ceux que nous protégeons achèveront bien avant nous notre Saint Empereur-Dieu, le laissant seul et aveugle dans son combat contre les Puissances de la Désolations.
    Il perdra à nouveau Ses Enfants et le Chaos lui même ne sera rien face aux ténèbres qui étoufferont l'Humanité.
    Le Frère contre le Frère.
    Le Père contre le Fils.
    La Peur et la Suspicion au dessus de toute chose.

    Ne craignez pas d'être appelées parias et hérétiques, car votre seule tâche désormais est de défendre l'Empereur lui même contre la Folie qui s'empare de l'Humanité, perdant ses racines et oubliant ses promesses.

    Demeurez purs et fidèles à Lui seul.
    Prenez garde au serpent usurpateur et à ses légions.
    Aimez et aidez vos frères et soeurs, mais n'hésitez pas à les châtier pour leur aveuglement.

    Priez de tout coeur pour que l'Humanité se réveille enfin et abatte ses ennemis.

    Egeria et Padriss jurèrent de garder le secret de cette sombre prophétie et menèrent alors l'Ordre d'une main de fer, s'assurant de sa pureté et de sa dévotion envers l'Empereur.
    Seul l'Ordre de l'Épée qu'ils avaient rejoint accéda à la prophétie et à ses paroles. Une seule copie fut faite et le parchemin immédiatement scellé et enfermé dans un coffret lui aussi scellé, avant d'être gardé dans les tréfonds surprotégés de la bibliothèque de l'Ordre de l'Épée.
    Egeria y ajouta aussi une copie de chaque écrit que recelait la bibliothèque de son propre Ordre Sororitas.

    La prophétie de Sainte Caralis fut une fois récitée devant le personnage énigmatique du Pharaoh des Sun Hawks, et celui ci la traduisit comme une vision de l'Imperium décadent qu'ils servaient, s'éloignant de plus en plus de la Parole originelle de l'Empereur et son Grand Oeuvre. Un Imperium moribond, dirigé par des Seigneurs tyranniques jouant sur la peur et le sacrifice pour subsister. Un Imperium qui était en soi bien plus dangereux que le Chaos lui même...

    La prophétie ne fut jamais plus énoncée, et depuis, l'Ordre de l'Épée Flamboyante s'employa principalement à chasser la corruption purement humaine qui régnait au sein de l'Imperium, chassant le tyran, la luxure et réformateur.

    Dès lors, une certaine banche puritaine de l'Inquisition voue une grande haine à cet Ordre Sororitas qui cherche le mal là où la majorité des dirigeants impériaux n'y voient que des excentricités sans importance...


_________________
"Personne ne peut plaider non-coupable dans cette cour ! Cela entraînerait de toutes façons la perte de mon précieux temps comme chef d'accusation. Coupable!"
                                                                     
 __ Inquisiteur Karamazov
+++ Burn the Heretic! +++

+++ Purge the Unclean! +++
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscuraelibrarium.forumgratuit.org
 
[Sororitas] l'Ordre de l'Épée Flamboyante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LOGIS STRATEGOS :: Missionarius Galaxia :: Formations militaires connues-
Sauter vers: