AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez | 
 

 ORDO HERETICUS - RP

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Turielo
Administration (Maître de Jeu)
avatar

Messages : 2052

Feuille de personnage
EXP:
200000/200000  (200000/200000)
Affinité Psychique:
16000/16000  (16000/16000)
Inventaire porté:

MessageSujet: ORDO HERETICUS - RP   Jeu 4 Aoû - 16:51

INTRODUCTION:
L'INCIDENT D'URBAR III:


Il était là, ricanant, arrogant, sûr de lui. Il jouait depuis quelques minutes avec son épée démoniaque, la faisant tournoyer, frappant des cibles invisibles, de taille et d'estoc. Engoncé dans une imposante armure noire rehaussée de couleurs criardes, sa carrure d'Astartes lui permettait de porter des coups terribles.
Partout autour de lui, le sol crasseux était jonché de cadavres affreusement mutilés. Au loin, au delà du bâtiment chaotique, la pluie de bombes produisait un grondement sourd continu, pareil à quelque lointain orage.

Ajanius le Fou. Héraut de Slaanesh. Champion du Vice. Dernier survivant de son ost ténébreuse, débarquée depuis quelques semaines sur Urbar III, ayant asservi son entière population pour satisfaire leurs vices les plus inavouables, avant d'avoir été massacrés par la force de frappe des Soeurs de Bataille de la Sororité de l'Epée Flamboyante.

Sachant proche l'heure de sa mort, il n'avait même pas tenté de fuir, tuant quiconque venait jusqu'à lui sous le dôme du temple maudit qu'il avait fait ériger quelques jours auparavant, et ce qu'ils oient ennemis ou alliés.
Sa folie grandissait d'heure en heure, saturant son esprit, brouillant son jugement, faisant apparaître la fin de sa vie misérable tel un jeu sadique à ses yeux. Il devait en tuer un maximum avant de périr...

Un serviteur du Chaos entra dans la salle en courant, fuyant leurs exécuteurs qui arrivaient rendre leur jugement. Il passa à proximité d'Ajanius qui le décapita négligemment d'un revers de son arme, envoyant balader le corps parcouru de spasmes qui rebondit mollement contre un mur proche.

Ils entrèrent. Ils étaient six. Et à leur arrivée, Ajanius arrêta enfin son jeu de lame. Et il partit d'un grand rire en s'approchant d'eux lentement, nonchalamment, écrasant sous ses bottes les quelques cadavres disloqués qui se trouvaient sur son chemin.

« Inquisiteur Purgateur Niklas Turielo. appela-t-il le nouvel arrivant dans une parodie de salut.
-Garde le silence, vil serviteur du Chaos, et repent toi, car je vien t'apporter ta mort. » cracha le Purgateur en levant son marteau de guerre crépitant d'énergie bleuté. 

Ajanius éclata de rire en secouant sa tête lardée de cicatrices. Il cracha un mince filet de sang à terre et haussa les épaules avant de charger.

Les deux hommes croisèrent leurs armes avec fracas et un duel s'engagea violemment. Autour d'eux, les cinq acolytes du Purgateur achevaient de sécuriser le lieu, s'assurant qu'Ajanius était bel et bien seul.

Au passage il la virent, Ilena, à terre, le crâne fendu. La pauvre agente de l'Inquisition, rattachée à l'équipe du Purgateur, avait été la première à trouver le Seigneur du Chaos. Elle en avait payé le prix fort.

Turielo et Ajanius se tournaient à présent autour, cherchant une ouverture l'un chez l'autre. Fatigué de ce jeu, et de cette guerre, Turielo tenta plusieurs fois d'atteindre le Seigneur de Slaanesh qui repoussa à chaque fois l'attaque de l'Inquisiteur d'un revers d'épée négligé.

Il lui administra un coup de botte au sternum qui envoya valser le Purgateur à l'autre bout de la pièce. Ajanius tourna alors son attention vers Jalania, la psyker du groupe. Elle tenta de le repousser d'une attaque psychique violente, mais Ajanius continua d'avancer avec un sourire carnassier, les drogues dans son sang le privant du plaisir de la douleur. Atteignant la psyker, il l'attrapa par le coup et la souleva du sol pour venir croquer à sa gorge, arrachant une gros morceau de chair qu'il avala goulument tandis qu'un sang chaud lui atteignit le visage à gros bouillons.

Déçu par si peu de résistance, Ajanius laissa choir le corps et tourna son regard sombre vers Semos et Garagnus, le sniper du groupe. Ajanius envoya son épée vers eux dans un geste sec. La lame maudite atteignit Semos à hauteur de l'épaule et le cloua au mur. Ajanius courut vers Garagnus qui tenta désespérément de tuer le Seigneur Noir par une rafale crépitante de bolts, mais ce dernier arriva sur lui, et le cloua au sol d'un puissant coup de poing, si fort qu'il brisa les cervicales du sniper. Ajanius fit la moue. Il se tourna vers Turielo qui était en train d'être relevé avec difficulté par Kyra et Isabel, le souffle court après le puissant coup au sternum.

« C'est tout ce que tu as à m'offrir, serviteur du Dieu Cadavre? s'écria Ajanius. Il va falloir faire mieux que ça! Je m'ennuie! »

Turielo cracha un épais filet de sang et toussa bruyamment avant de s'appuyer sur son marteau et de tenter de se mettre en garde. Ajanius lui avit brisé plusieurs cottes et lui avait certainement perforé un poumon, la douleur écrasant violemment la poitrine du Purgateur. Des flashs de lumière dansaient devant les yeux de l'Inquisiteur et sa respiration se faisait de plus en plus difficilement.

Pourtant il devait se dépêcher. Dans quelques minutes le bombardement allait pulvériser l'édifice démoniaque. Leurs minutes étaient comptées.

Turielo se redressa d'un coup et se mit à avancer en boitant, son marteau levé bien haut, décidé à en finir rapidement avec Ajanius le Fou. Kyra et Isabel allèrent aider Semos et le décrochèrent du mur.

Ajanius, son épée baissée, un sourire goguenard barrant son visage de rapace. Il laissa le Purgateur s'approcher sans bouger.
A la grande surprise de Turielo, il ne se défendit même pas quand il abattit son marteau en travers de la poitrine du Seigneur Noir qui tomba à genoux sans bruit. Et il vit alors la mince dague dépassant de ses épaules. Ajanius était déjà mort.

Turielo vit avec difficulté le cultiste du Chaos qui se tenait derrière le Seigneur du Chaos abattu, se tenant à deux mains son ventre ouvert d'où s'échappait un tas d'entrailles. Le cultiste s'affaissa dans un râle alors que Turielo s'approcha de lui.

« Il nous a trahi... murmura le cultiste. C'était un faible, je ne pouvait le laisser vivre...Croyez le il vous aurait tous massacré.
-Pourquoi? Pourquoi l'avoir tué? lui demanda Turielo en s'agenouillant auprès du mourant.
-Parce que ... comme ça... Il me récompensera!
-L'Empereur? »

Le cultiste se mit à rire en gargouillant.

« Ouais c'est ça! Je serai récompensé par un corps en putréfaction...ricana-t-il. Mon Dieu le Prince des Plaisirs me fera démon et Seigneur. Et je deviendrais le plus puissant de chez les puissant! »

Dépité, le Purgateur se releva et rattrapa son marteau, pour achever le cultiste. Celui ci rigola de plus belle et défit sa veste trempée de sang.

« Hahaha! Vous croyez donc que j'ai besoin de ce corps de mortel? Vous petes le dernier à le contempler, monseigneur Inquisiteur! Profitez en car c'est aussi votre dernière vision! »

Avec horreur, Turielo vit les charges explosives accrochées au torse de l'homme mourant.

Dans la folie de la guerre, personne ne remarqua le bâtiment doré qui s'effondra dans un gigantesque explosion...


_________________
"Personne ne peut plaider non-coupable dans cette cour ! Cela entraînerait de toutes façons la perte de mon précieux temps comme chef d'accusation. Coupable!"
                                                                     
 __ Inquisiteur Karamazov
+++ Burn the Heretic! +++

+++ Purge the Unclean! +++
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscuraelibrarium.forumgratuit.org
Turielo
Administration (Maître de Jeu)
avatar

Messages : 2052

Feuille de personnage
EXP:
200000/200000  (200000/200000)
Affinité Psychique:
16000/16000  (16000/16000)
Inventaire porté:

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Dim 7 Aoû - 17:03

OBSCURAE, SOUS SECTEUR MYTHOS:

Deux ans après

Le Thunderhawk s'approcha de la petite planète isolée et pénétra son atmosphère tel une étoilé filante. Il faisait nuit et la petite lune Luminae était haute dans le ciel. Le petit vaisseau de transport fila vers la grande forteresse sombre qui s'élevait à flanc d'une petite montagne.

Obscurae était une petite planète cataloguée comme hostile, uniquement peuplée de quelques tribus sauvages qui avaient délaissés leurs anciens dieux pour vénérer l'Empereur. Mais la flore terriblement dangereuse d'Obscurae avait rebuté les colons a s'y installer, tout comme l'absence de ressources intéressantes. Durant quelques siècles, Obscurae avait simplement été un terrain de recrutement pour les Astartes locaux, le Chapitre des Repenters.

Puis un jour était arrivé le Purgateur Turielo. S'étant beaucoup rapproché de l'Ordre de l'Epée et même devenu un ami proche des Maîtres de Chapitre Grivus des Sky Slaughters et de Friedrich des Repenters, l'Ordre lui avait offert une vieille forteresse désertée sur Obscurae pour qu'il y établisse sa base. Plus tard, c'était même devenu la base d'attache de ceux appelés les « Neufs de l'Inquisition », sorte de cabale d'Inquisiteurs marginaux, devenus proches de Turielo et membres de l'Ordre.

Depuis, Obscurae était devenu une planète entièrement régit par Turielo et ses acolytes, amis Inquisiteurs et proches collaborateurs. Les Repenters venaient toujours recruter leurs futurs effectifs et Turielo recrutait également la population pour ses propres troupes de choc. Mais il avait également apporté à la population d'Obscurae la science te le savoir de l'Imperium. Obcurae était alors devenu une petite planète proche du niveau technologique et social d'un monde féodal.

Le Thunderhawk atterit en sifflant dans le hangar principal de sa forteresse. Trois silhouettes encapuchonnées en sortir et se dirigèrent vers les étages.

Arrivés dans un salon éclairé par quelques chandeliers et un large feu de bois brûlant dans une cheminée, les individus retirèrent leur capes et s'assirent dans des fauteuils de velours gracieux. Un serviteur monté sur des roues discrètes arriva jusqu'à eux pour leur apporter des breuvages.

Semos Aaslagga prit un verre d'amasec qu'il attrapa de sa main chromée, son bras entier mutilé deux plus tôt par Ajanius le Fou, remplacé par un bras augmentique particulièrement ouvragé et incrusté de lignes de textes sacrés. Son visage était encore marqué des cicatrices récoltées lors de l'explosion qui avait bien failli les tuer tous.

Kyra Zenephis prit un grand verre d'eau fraiche. Elle et Isabel Martiis s'étaient sorties indemnes de l'explosion, protégées par un puissant champ de force psychique que Kyra avait formé. C'était aussi grâce à elle si le Purgateur en avait réchappé.

Isabel accepta un verre de cognac avant de congédier le serviteur d'un geste de la main. Sa peau grisâtre la faisait parfois ressembler à une statue vivante. Son inhibiteur psychique était activé, afin que son âme négative n'importune pas ses amis. Contrairement à beaucoup de paria d'humeur sombre, Isabel était plutôt joyeuse même si son pessimisme constant était parfois mal perçu par ses proches.

Ils restèrent là à attendre quelques minutes au coin du feu, buvant leurs verres en silence.
Puis il arriva. Turielo entra dans la salle, simplement habillé d'un manteau matelassé rouge bordeaux, d'un pantalon noir et d'une chemise blanche à jabot. Il s'était totalement remis de ses blessures depuis longtemps, mais son esprit était encore endeuillé par la mort de ses acolytes.

Il s'assit auprès de ses amis dans un lourd fauteuil de cuir. Il avait sous le bras cinq dossiers.

« Ce sont eux? demanda Kyra en reposant son verre.
-Eux mêmes... répondit Turielo en mettant les dossiers à leur disposition. Mes services ont achevé leurs recherches, et ceux ci apparaissent comme étant les meilleurs.
-Après deux ans il est peut être temps... fit Isabel en s'allumant un petit cigalho. Voyons voir ça... Deux guerriers, anciens de la Garde Impériale, un garde du corps de l'Arbites, un ancien confesseur du Munitorum, et un médic. Ça m'a l'air plutôt banal...Et par le Trône! Qu'est ce qu'ils sont jeunes!...
-Rubin Thalah. reprit Turielo à l'attention de ses deux autres acolytes. Il vient d'Ophelia VII et a servi le Munitorum avant de se retrouver à la rue sans travail. Mes agents l'ont découvert après son interpellation pour une sombre histoire d'obscura.
-Un camé? Je ne sais pas si c'est ce qu'il nous faut... fit remarquer Kyra en haussant un sourcil.
-Ce n'était pas lui qui était en cause, mais son colocataire de son habs... continua Turielo. Il apparaît qu'il excelle dans les prises de confession et que grâce à lui le Munitorum a démantelé un bon nombre de sectes et de réseaux illégaux. Selon moi, et au vu de ses résultats aux tests, il ferait un parfait candidat au poste d'interrogateur.
-Voyons voir l'Arbites... fit Semos en se saisissant du dossier. Intéressant... Angmar Therindor, un salopard taciturne, mais capable de retenir n'importe quoi et doué d'une observation hors du commun. Il m'a tout l'air de remplir le rôle parfait pour un garde du corps, ou un spécialiste de l'espionnage...
-Eoghan Carnech et Colm Darek. annonça Isabel. Deux anciens soldats. Un de la Flotte Impériale, l'autre des FDP de Sidh. Eoghan m'a l'air d'un charmant garçon... Par contre, ce Colm a tous les attraits du parfait p'ti soldat obnubilé par les armes. Les deux me tentent à vrai dire...
-Déjà en train de te préparer à les ragasser? se moqua Kyra. Irwan McCaroll, un gars de Tanith. Il a été dans le médico légal. On a plus de foutu médic depuis que Jensas a été tué sur Gorulia Trys. Ce gars sera plus que le bienvenu. Mais si il essaye seulement de nous coller un visite médicale à la con dans le but de me voir à poil, je lui grille le cerveau.
-Je vois donc que vous appréciez déjà nos futurs éléments... fit Turielo en reprenant les dossiers.
-Comment sont-ils supposés arriver et quand? demanda Semos en se servant un nouveau verre d'amasec.
-Mes agents ne les ont pas encore contacté. Mais d'ici trois jours, j'espère, chacun d'eux recevra un enregistrement et des instructions. J'ai pris soin de leur donner rendez vous sur la planète Idriss IV, lieu où nous rendrons également afin de les attendre. »

Il posa un petit disque de métal sur la table et l'enclencha. La voix enregistrée du Purgateur résonna:

« Ici l'Inquisiteur Purgateur Niklas Turielo, de l'Ordo Hereticus. Si vous êtes contacté, c'est vous répondez aux critères exigés par ma prochaine enquête. Je vous demande de vous rendre dans la cité ruche d'Elphebas, sur Idriss IV afin de rentrer en contact avec mes agents et d'être menés à moi. Je vous attendrait dans la cité ruche de Carolisia où nous nous rencontrerons au premier du mois prochain. Ce travail vous sera payé, avec une somme de départ de mille couronnes impériales. Néanmoins, afin de m'assurer de votre pleine coopération et de votre motivation, je vous demanderai de bien vouloir vous y rendre par vos propres moyens. L'argent vous sera remis lors de notre rencontre. Après notre entrevue, vous recevrez votre ordre de mission et nous organiseront l'arrivage de vos affaires. L'Empereur vous garde. »

Les acloytes de Turielo hochèrent de la tête.
« Simple et efficace. fit Kyra. Y'a plus qu'à attendre. Je suppose que nous n'allons pas sur Idriss IV?
-En effet non... acquiesça Turielo, content de la clairvoyance de son acolyte. Une fois qu'ils auront pris contact avec nos agents, et que ceux ci confirmeront qu'ils valent bien le coup, notre ami et collaborateur le Capitaine Janius du « Regulus » les accueillera à Carolisia à ma place et les emmènera ici, où nous pourrons alors les rencontrer. Cela nous permettra ainsi de tester leur patience, leur motivation et leur loyauté. Et bien entendu d'éviter les fraudeurs, car l'argent évidemment ne leur sera donné qu'ici même. »

Kyra sourit à l'écoute du plan, car elle même en avait subi les retournements tordus. Elle avait été recrutée de cette manière, et sur les sept personnes contactées, deux s'étaient avérés être de petits escrocs attirés par l'argent et un autre s'était tant impatienté par les rendez vous reportés et les changements de destinations qu'il avait préféré laisser tomber et repartir.

Elle consulta son chron. D'après celui ci, en imaginant que le message était déjà transmis, ils le recevrait d'ici une ou deux journées, mettraient chacun entre une à deux semaines selon leurs positions à atteindre Idriss IV, uen bonne semaine à attendre sur Idriss IV, et cinq jours avant d'être contactés par les agents, lors du fameux premier du mois. Puis ils arriveraient ici, une quinzaine de jours après. Suffisamment de temps pour mettre leur corps et leur esprit à l'épreuve, et savoir s'ils en valaient le coup.

Idriss IV était une planète ruche surpeuplée et polluée à n'en plus pouvoir, réputée pour son taux de crime élevé et sa population désagréable, ses multiples gangs de brutes, ses trafics et ses Gardes Impériaux devenus aussi violents que sévère à force de lutter contre le crime. L'Administratum qui avait de nombreuses structures sur Idriss IV se contentait d'embaucher des armées entières de citoyens devenus alors scribes, cogitateurs et autres serviteurs pour classer, trier, traiter les milliards et les milliards de données du sous secteur. C'était un enfer bureaucratique entouré d'un enfer de rues lui même englobé dans un enfer de pollution.
Parfait pour tester les recrues en les laissant mariner là dedans une bonne quinzaine de jours...

Bien il n'y avait plus qu'à attendre...

_________________
"Personne ne peut plaider non-coupable dans cette cour ! Cela entraînerait de toutes façons la perte de mon précieux temps comme chef d'accusation. Coupable!"
                                                                     
 __ Inquisiteur Karamazov
+++ Burn the Heretic! +++

+++ Purge the Unclean! +++
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscuraelibrarium.forumgratuit.org
Malatesta
Citoyen
avatar

Messages : 231

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Dim 7 Aoû - 20:44

Idriss IV, Ruche Elphebas

« Vous vous foutez de ma gueule ? C'est pour votre consommation personnelle ? »
L’Agent de l’Arbites contemplait d’un air dubitatif le tas d’armes empilées sur un chariot quelques mètres derrière Colm Darek
« Arrêtez de me raconter des conneries, ou bien je vous fais enfermer, et on verra alors qui pliera le premier ! »

Se relevant de la chaise où le gros pourceau engoncé dans un fauteuil trop petit pour contenir son sac à graisse l’avait fait asseoir, Darek remit soigneusement son manteau d’officier en place, puis éleva soudainement la voix.
« Ecoutez-moi bien espèce de bourrin dépourvu de cervelle : je ne vais pas me laisser traiter de la sorte. Je suis Lieutenant dans la Flotte Impériale, et j’exige de vous le respect dû à mon rang ; dois-je vous rappeler que j’ai un grade hiérarchique sept fois supérieur au vôtre ? S’il n’avait tenu qu’à moi, je ne serais jamais descendu sur votre planète puante, et maintenant j’exige de parler à votre supérieur ! »

Au moment où l’agent, visiblement peu impressionné, s’apprêtait à lui rendre une réponse peu amène, un homme sortit de son bureau et se dirigea vers eux, un air affable, pour autant que cela fût possible chez les Arbites, se dessinant sur son visage marqué de cicatrices.
« Je suis le Marshal Tannhäuser. Puis-je vous inviter à me suivre dans mon bureau, je vous prie Lieutenant ? En vous délestant bien sûr de ce superbe couteau que vous tenez dans votre manche depuis que vous êtes entré ici … »
Tandis qu’il déposait la lame sous le regard noir du crétin qui n’avait même pas su le fouiller correctement, Darek détailla du regard celui qui, avec un peu de chance, venait de le sauver de cet enfer bureaucratique qui tenait lieu d’ordinaire sur les planètes ainsi soumises au pouvoir de l’Administratum : grand et élancé, aux alentours de la cinquantaine, un joli petit fessier bien ferme, sans doute dû à la pratique de terrain intensive, un vrai régal pour les yeux.
Et au pieu, il doit être sensass … se disait Darek au moment où le Marshal lui indiquait un siège confortable en fermant la porte derrière lui.
« Veuillez accepter mes excuses pour la rudesse de mon collègue, il a surtout l’habitude des petites frappes, Lieutenant … »
« Darek. Colm Darek. Merci en tout cas Marshal de prendre le temps de me recevoir. Je dois vous avouer que, si la décence ne m’autorise pas à formuler en public mon opinion quant à cet individu, je ne suis pas loin de penser qu’il ressemble un peu trop à ce qu’il chasse. Mais avec cela j’en oublie la politesse : voici mes papiers, vous serez ravi de constater qu’ils sont tous en règle. »
« En effet, tout est parfait, à l’exception bien sûr de ce petit … différend » dit l’Arbites en désignant du regard les armes qui avaient poussé les agents de sécurité du spatioport à l’arrêter. « Vous comprendrez aisément que je ne puis vous laisser circuler librement dans la ruche avec un tel arsenal, ne serait-ce que pour ce qui pourrait advenir de ces armes au cas où elles tomberaient dans de mauvaises mains … »
« Je conçois votre appréhension, mais il n’est pas question de me séparer de mes armes. Je ne suis pas ici en voyage d’agrément, et je puis de plus vous assurer qu’il n’y a aucune chance que des petites frappes me mènent la vie dure ; j’ai déjà affronté bien pire à bord de certains vaisseaux xenos et renégats. » lui répondit Darek d’un ton catégorique. « Mais comme mes explications ne semblent pas vous satisfaire totalement, je vous prie d’examiner ceci. » dit-il en lui tendant le disque de métal qui lui avait transmis ses instructions. « Je suis sûr que vous savez comme moi le déplaisir manifeste de l’Inquisition par rapport à la publicité … » termina Darek en espérant que le Marshal, qui lui paraissait intelligent, avait saisi l’allusion
Une fois qu’il eut lui-même effectué les vérifications d’usage, Tannhäuser se retourna vers lui.
« Cet objet est authentique en effet. Il va de soi que vous êtes libre de vos mouvements à présent Lieutenant, mais je ne saurais que trop vous conseiller de rester discret. Je vous assure quant à moi de la discrétion de l’Adeptus quant à ce malentendu. »

Une fois sorti du QG climatisé de l’Arbites, Darek fut assailli par une atmosphère étouffante empestant les gaz toxiques et la senteur rance de la transpiration des dizaines de milliers d’adeptes qui effectuaient précisément leur rotation.
Putain de planète de merde, y’a trop d’air ! se mit-il à penser en essayant de contrôler son appréhension de cet espace immense que même les plus grandes chapelles-cathédrales des cuirassés de la Flotte ne pouvaient égaler.
Cherchant le bloc d’habs où habitait le frère de Jenkins, son second sur le Sol Invictus, où il pourrait loger le temps de sa mission sur cette planète débile, Darek s’enfonça dans les bas quartiers, égorgeant au passage trois gangsters qui avaient dû croire que ses malles l’empêcheraient de se défendre contre des merdes dans leur genre.

Intimidation: +2
Rudesse: +2
Sociabilité: -2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stara Sawrean
Citoyen
avatar

Messages : 491

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Dim 7 Aoû - 21:44

Idriss IV, Ruche Elphebas

"Écoutez, je ne veux pas de problèmes. Je ferais tout ce que vous me demanderez de faire mais je vous en supplie, laissez ma femme et mes enfants en dehors de ça. Nous avons déjà une quantité de travail, et de dur labeur à accomplir pour nous payer ce habs près du Factorium, alors si L'Arbites l'apprend ...."
"Allons voyons mon ami, ce n'est pas comme si vous transportez comme à l'habitude, vos petites cachoteries que vous ramenez du Manifactorum, n'est-ce pas? Et notre destination, qui plus est, n'est pas ce bar de la sous-ruche auquel vous revendez au marché noire ces mêmes cachoteries. Enfin, si sa peut vous rassurez, je ne veux aucun mal, enfin pour l'instant.."

Le véhicule antigrav commençait tout juste à redémarrer . Il s'agissait d'un modèle non-moins évolué qu'un simple camion de transport de fret. L'ouvrier était bien mal à l'aise. Lorsque celui-ci avait rejoint son véhicule, il ne pensait trouver à son bord ce jeune homme qui connaissait son petit secret. Petit secret qu'il avait réussi jusqu'à alors cacher à tout le monde, même à sa propre famille.

"Dites-moi une chose, comment avoir su que ces objets proviennent bien de mon Manufactorum. D'ailleurs, comment avez-vous su, que je vendais ces produits finis ?"

Rubin regarda cet ouvrier d'un air amusé Et bien qu'il disposait de son respirateur, l'ouvrier reconnaissait cet air malicieux. D'ailleurs, Il avait toujours aimé ces situations embarrassantes pour ces victimes qui ne comprenaient pas pourquoi elles se retrouvaient sous son emprise.
"Tu vas peut-être maudire ta malchance, mais c'est purement par hasard tu sais. Je ne suis pas un natif de cette planète et lorsque je suis arrivé ici , j'ai dû rapidement trouver un coin pour m'abriter. Tu vois, c'est pas que ta planète est pollué et que j'ai peur de me prendre une saucée de flotte radioactif mais ta soute était bien plus accueillante. Enfin, passons, lorsque j'ai vu que j'étais entouré d'aussi petites quantités de marchandises alors que ta capacité doit bien égalé le triple, je me suis dit : Tiens, un premier indice. J'ai alors fouillé un peu tes affaires, tu m'en excuseras j'espère d'ailleurs, j'ai compris que tu étais un ouvrier qui comme la plupart sur cette planète surpeuplée cherchait à arrondir ces fins de mois."
"Ok, mais alors, pour le bar, comm...."
Rubin le coupa d'un signe de main.
"Soit patient, j'ai tout le voyage pour te le raconter"
"Ben pour sa, faudrait déjà que vous me dîtes où je dois me rendre."
"Et ben comme je l'ai entendu de ta propre bouche, j'ai bien envie de rencontrer ta femme ...
"Mais ..."
"Chut, continue à conduire, ou je devrais utiliser des mesures peu recommandables."
dit Rubin tout en faisant paraître son Pistoler-laser sous sa veste.

Après ces derniers mots, Rubin repensa à son départ précipité. Il se rappelait ce message à la fois excitant et angoissant de la part d'un certain Turielo. L'Inquisition faisait appel à lui. Du moins pour le moment. Il se rappelait les dires de son ancien ami et mentor le Confesseur Issac, qui prônait que l'Inquisition n'était qu'une administration reposant sur la mort des innocents et de la censure. Enfin, après tout, c'était le bon moment pour partir après cette stupide interpellation par l'Adeptus Arbites à propos de l'obscura.
Si il n'avait pas dénoncé quelques noms qu'il avait appris durant son séjour chez son "cohabs" ainsi que quelques localisations de planques. Il ne se saurait jamais retrouvait ici. Rubin souriait rien qu'au souvenir de ce petit sergent de l'arbites qui l'avait gracieusement et soulignons le, de bon cœur, offert ce voyage jusqu'à la planète Idriss IV.

Cependant, le plus dur n'était pas accompli. Il fallait encore retrouver ces fameux contacts. Rubin soupirait d'avance en vue de ce prochain défi.

Investigation: +1
Intimidation: +2
Jugement: +2
Marchandage: +1


Dernière édition par crion93 le Lun 8 Aoû - 14:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kais Kauyon
Tau
avatar

Messages : 612

Feuille de personnage
EXP:
0/200000  (0/200000)
Affinité Psychique:
0/16000  (0/16000)
Inventaire porté:

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Dim 7 Aoû - 23:23

-Therindor!!ramènes ton cul! je te le dirai pas deux fois!
Une silhouette massive tournait le dos sans vergogne à la voix dont le ton paraissait sans appel. Une main se serra sur la jugulaire du casque qui pendait mollement vers le sol alors qu'un poing capable d'assomer un boeuf se retenait d'aller enfoncer le nez de "la voix".
Comparé aux légendaires Astartes, il paraissait minuscule, un insecte mais pour le commun des humains, ce Bellatores de l'Adeptus Arbites du nom d'Angmar Therindor était un molosse.
La porte du bureau s'était déjà et il se tenait là, campé fermement sur ses jambes avant de se retourner vers "la voix" accrochant son regard pâle luisant d'une lueur malsaine dans les yeux de son opposé.
-J'ai plus d'ordre à recevoir de toi gros sac d'Ulriand, t'as pas vu ce que j't'ai apporté comme cadeau?
Ethan Ulriand était le chef de la 2eme division de Bellatores, division que venait de quitter son meilleur élément et qui n'était du gout de cet homme qui ne sait plus ce que c'est que d'aller sur le terrain au vu de la masse graisseuse qu'il a pu accumuler.
La plaque qui trônait fièrement sur l'armure de jais aux épaulières jaunes depuis 15 ans était jeté machinalement sur le bureau crade d'Ulriand.
-Si tu signes dans l'Arbites, t'en prends pour perpet' Therindor..On se barre pas comme ça.
-J'ai passé ma periode de sureté gros lard, j'passe mon tour.
Angmar tourna les talons et enfonça les mains dans les poches de son long manteau sans manches qui laissait à la vu de tous les prothèses qui lui sert de bras, touchant du bout des doigts ce disque au message pour le moins intéressant.


Idriss IV, Ruche Elphebas
Un ciel chargé de nuage à la couleur peu engageante et cet air vicié, chargé d'émanation de souffre, d'azote et d'autre produits chimiques qui pourrait presque vous transformer en mutant. La pensée le fit sourire, c'est pas comme si on n'avait jamais eu de suspicion de ce genre à son égard avec ces "yeux de morts".
La lourde rangers s'enfonça dans une flaque d'eau croupie et poisseuse, Angmar s'enfonçait dans les bas-quartier de la ruche. Il espérait remettre la main sur une vieux collègue de la "maison" en poste dans le secteur pour poser deux trois petites questions, ne sait-on jamais, quelqu'un pourrait avoir besoin de ses services.
Il lui fallait de la thunes en vue de ce qui allait bientôt se tramer et il était fauché comme les blés, on ne refuse jamais un gars prêt à casser des genoux au mauvais payeurs ou un garde du corps pour un grassouillet qui a peur pour sa couenne.

Avançant d'un pas rapide, poussant du revers du bras ceux qui restait trop longtemps dans son passage, Angmar se ressassait le message en boucle dans sa tête. Les noms tournaient inlassablement dans sa cervelle, le fait de se souvenir de tout que ce soit visage, itinéraire, nom, situation l'avait bien aidé par le passé mais pouvait le rendre presque dingue et quand sa patience venait à bout ce n'était jamais beau à voir.
L'Ordo Hereticus, la voilà sa chance d'évoluer et d'agir pour quelque chose de plus grand car au bout d'un moment foutre des gouts de matraques et écraser des tronches au sol ça devenait vite lassant.
Quelques gouttes acides vint lui effleurer le visage, il rabbattit sa capuche et ajusta son masque à gaz qui lui couvrait simplement le bas du visage histoire de ne pas être trop incommodé par la pollution crasseuse de la cité-ruche.

En tant qu'ex Arbites, il savait reperer les repères louches où on peut parler business pas des plus légal et revendre tout et n'importe quoi même sa mère. Un regard suspicieux ou un mec trop agité suffisait à lui mettre le radar à mafieux en alerte et ce dernier ne tarda pas à se mettre en route.
Une pluie battante se mit à inonder les rues poisseuses d'Elphebas, une pluie drue qui dispersa la foule mais étrangement pas le mec qui avait attiré son attention. Ce dernier bifurqua à l'angle d'une rue reculée, Angmar sentait le coup fourré à plein nez et si sa proie l'avait reperé? aprés tout, il ne connaissait pas cette ville et il ne serait pas difficile de tomber dans un guet-apens pour gens trop curieux. Un sourire carnassier se dessina sous son masque et il continua sa route malgré tout, aprés tout si c'était le moyen de récolter les infos qu'il voulait et un peu de thunes, ses prothèses seraient ravies d'enfoncer quelques nez.
Le cyberhound qui l'accompagnait depuis c'est si longues années se figea, ses censeurs à l'affut, il ne pouvait pas compter sur l'odorat avec ce temps pourri.

Rudesse: +2
Vigilance: +1
Maîtrise de soi: -2
Sociabilité: -1

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tarchanswar.com/
Valakhan
Citoyen
avatar

Messages : 44

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Lun 8 Aoû - 0:12

Aquilae IX

Irwan remontait le couloir à grand pas, bouillant de rage contenue. Il avait quitté la morgue dès qu'il avait appris la nouvelle, sans même retirer sa blouse de travail encore maculée de sang. Toutes les preuves étaient réunies, il y avait de quoi faire sauter un des plus gros cartel de la planète. Mais non. Tout ce qu'il voulait désormais, c'était rendre des comptes à son supérieur. Il entra dans le bureau de Trevor Hull en ouvrant la porte d'un grand coup rageur. La grosse barrique pleine de vin se vautrait dans son fauteuil tout comme dans sa décadence et sa luxure. Et il se prétendait Arbites!

«Pourquoi! Pourquoi a-t-on abandonné l'affaire! hurla-t-il en jetant le dossier d'un geste rageur sur la table. On avait tout ce qu'il nous fallait, et vous l'avez laissé partir! Cette racaille de Marcus Valgor ne mérite pas de respirer l'air frais.
-Calmez-vous mon cher, et servez-vous un verre d'amasec. répondit sereinement Hull en croisant ses mains et en se balançant sur son fauteuil. Voyez-vous, nous avons quelques obligations, nous poussant à devoir fermer les yeux sur certains agissements minimes de notre concitoyen.
-Des obligations? rugit Irwan. Des pots-de-vin oui! Vous n'êtes rien d'autre qu'un tas de merde corrompu jusqu'à la moelle. Tout ce qui vous importe, c'est votre amasec, votre obscura et quelques petits garçons. Vous êtes pitoyables, je pisse à la gueule de gens comme vous. Vous aviez une occasion de rendre dette planète plus saine, d'empêcher que des innocents soient tués, et vous vous faites corrompre par cette baleine de libre-marchand. Vous ne valez pas mieux que la merde qui s'entasse dans les caniveaux!
-Verispex McCaroll! Je ne vous permets pas! protesta le tas de chair en un couinement suraigu.
-Vous n'avez plus rien à me permettre, Hull. Je ne me considère plus comme faisant partie de votre département, acheva Irwan, en crachant aux pieds de l'arbitrator et en quittant le bureau rageusement

******

Quelques heures plus tard à son domicile, rempli d'amasec, au bord de l'ivresse, Irwan se repassait en boucle le message reçu quelques jours avant. Il n'avait au premier abord pas pensé y donner suite, mais après tout, qu'est-ce qui le retenait sur Aquilae IX? Hull aurait vite fait de lui l'homme à abattre, d'ailleurs c'était certain qu'un contrat était déjà sur sa tete. Mais quelque chose le retenait encore sur cette planète, peut-être un reliquat de nostalgie, ou alors le fait qu'il avait passé plus de dix années standard sur ce trou à rat. Encore un verre descendu cul sec et sa décision fut prise.

Il alla dans sa chambre forte et vida le coffre qu'il gardait pour un cas comme celui-ci. Il se saisit d'un manteau lambda, empaqueta quelques maigres possessions ainsi que ses biens les plus précieux, des instruments et quitta son logement perdu au milieu d'une cité ruche tout ce qu'il y a de banal. Un dernier coup d'oeil à ce qui avait été toute sa vie dix ans durant, et il fit route vers les quais

La bande de contrebandiers à l'air patibulaire fut d'abord récalcitrante à lui accorder le droit de voyager sur leur vaisseau, mais quelques billets verts suffirent à les convaincre. La cabine qui fut allouée à Irwan était quelque peu exiguë et mal entretenue, juste à coté des machines, mais c'était mieux que rien. Il n'eut qu'à prendre son mal en patience durant les quatre semaines de voyage Warp que lui prit le trajet jusqu'à sa destination.

Idriss IV

La taverne mal famée et enfumée ne semblait pas l'endroit idéal pour commencer une aventure, mais c'était mieux que rien. Irwan avait déjà du repousser les avance de trois prostituées probablement porteuses de maladies et avait failli se faire dévaliser. Mais elle ferait l'affaire pour une nuit.

Seul dans sa chambre, le légiste détailla la suite des événements. Tout d'abord, entrer en contact avec la force d'Arbites locale. Il était quasiment sur que Hull n'avait pas fait passer la nouvelle de sa défection plus loin que le sous-secteur d'Aquilae. Il était trop bête pour ça. En contactant l'Arbites, Irwan s'assurerait d'une base pour commencer ses recherche et d'un appui bien utile. En espérant ne pas tomber sur un nouveau Hull. Il était sûr de trouver une place, si ce n'était dans l'Arbites, au moins dans la force de police locale. Dans une ruche avec un aussi gros taux de criminalité, un Verispex de plus est toujours le bienvenu.

Ensuite, le plus important, rencontrer ces mystérieux contacts. Il ne savait même pas par où commencer, mais il les trouverait, c'était certain. Tout ce qu'il lui restait, c'était cette quête absurde entreprise sur la foi d'un simple enregistrement vocal. Quel désespoir quand même!

Loyauté: +2
Foi: +2
Moral: -1
Joie: -1
Maîtrise de soi: -2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rulfr
Citoyen
avatar

Messages : 886

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Lun 8 Aoû - 9:27

Sidh

Eoghan Cairnech était en train de préparer ses affaires en vue d'aller sur cette planète ... comment s'appelait-elle déjà ? Ah oui Idriss IV, inconnue au bataillon celle là.
Sans le vouloir sa main descendit vers le petit disque de métal à l'intérieur de sa veste de treillis, et ses pensées partirent quelques années plus tôt lorsqu'il croisa le Purgateur Turielo et que celui ci lui sauva la vie. Les visages des hommes qui étaient mort là bas lui revinrent en mémoire ... " reste concentré Eoghan, tu dois faire tes sacs."
"Fusil, c'est bon. Chargeurs, c'est bon. De quoi manger et boire, c'est bon. Quelques vêtements de rechange, c'est bon. Mes papiers ... heu pas bon ! Merde j'aurais vraiment dû ranger cette piaule depuis un bon moment c'est un foutoir là dedans. Ah oui je m'en rappelle ils sont sous mon plumard, les voilà! Bon ensuite mon casque."
Ses pensées s'évadèrent vers Luchta, elle servait dans le 230ème de Krostna et durant une de ses permissions ils s'étaient rencontrer et avaient passés des nuits torrides ensemble, et quand vint le moment des adieux ils s'échangèrent leurs casques, elle lui donna son casque de garde impérial contre le casque de FDP. "Luchta ... une vrai furie au lit celle-là ..."
"Reste concentré enfin !"
"Merde pratiquement toutes mes économies vont passer dans le voyage! J'espère qu'ils vont pas me faire poireauter trop longtemps là bas."

Idriss IV

"La vache çà pue encore plus que dans les bas fonds de chez moi ici ! Et en plus il pleut ... mais elle est acide leurs flotte ici, bon premier coin peinard que je trouve je m'installe. Et forcément je suis en avance de plusieurs jours ... Qu'est ce que je vais bien pouvoir faire ? Faut que je me repère une petite gonzesse pour me faire inviter ."

Déambulant dans le dédale que formaient les rues des habs périphériques au statioport, il fut accoster par une dizaine de prostituée différentes et par quelques petites frappes voulant le délester de son falcata, souvenir d'une mission dans le domaine d'une des grosse fortune de la planète et qu'il avait "emprunter" cette magnifique arme énergétique. Malheureusement pour eux il se battait très bien au corps-à-corps et broya deux bras, un genoux, une trachée et une paire de bijoux de famille avant de reprendre son chemin.
"çà pue encore plus par ici, il abuse le Purgateur de me faire venir ici."

Loyauté: +2
Sociabilité: +1
Charisme: +1
Moral: -1

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscuraelibrarium.forumgratuit.org/
Turielo
Administration (Maître de Jeu)
avatar

Messages : 2052

Feuille de personnage
EXP:
200000/200000  (200000/200000)
Affinité Psychique:
16000/16000  (16000/16000)
Inventaire porté:

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Lun 8 Aoû - 9:38

IDRISS IV:

Therindor continuait son chemin dans les ruelles crasseuses sans même remarquer la silhouette qui le suivait de loin. Il s'arrêta sur le chemin, à un bar, sans doute pour demander des informations, ou se saouler... La silhouette se plaqua dans l'embrasure d'une porte et sortit un petit vox de sa poche:
"Agent Ulrius. Capitaine, vous me recevez? appela-t-il.
-Clairement, Ulrius. répondit la voix parasitée du Capitaine Janius. Où en sommes nous?
-Je le file toujours, il ne m'a pas détecté. fit l'agent.
-Bien, rien de nouveau au sujet de votre cible? fit Janius.
-Rien de neuf... C'est une grosse brute mais il semble doué dans ce qu'il fait. Qu'en est-il des autres?
-Le médic a l'air calme et tout à fait honorable...L'ancien confesseur m'a tout l'air d'un petit salaud manipulateur, le guerrier Cairnech semble relativement impatient de nous trouver, quand il ne cherche pas la compagnie d'une femme, et le deuxième guerrier arrivé est un sale con arrogant et à l'humeur instable... En bref, ce sont tous de bons éléments... Mais ils vont devoir apprendre ce que c'est que de bosser pour l'Inquisition...La hiérarchie, la discrétion, tout ça...
-Ils apprendront vite si vous voulez mon.... Je vous laisse le revoilà. Je reprends la filature. Ulrius terminé."

L'agent se faufila à nouveau dans l'ombre pour suivre Therindor. Ce dernier avait l'air passablement énervé, et en passant devant le bar où il avait été, Ulrius remarqua un homme à terre, le nez écrasé, et les vestiges d'une grosse bagarre.

L'ex Arbites ne devait pas avoir eu les renseignements qu'il souhaitait...

***

Le Capitaine Janius déconnecta son vox et consulta ses écrans de surveillance. Tous ses agents étaient encore sur place à filer les candidats de Turielo. Certains ne lui plaisaient pas, mais bon, il s'en fichait pas mal, c'était le problème de l'Inquisiteur, pas le sien... Ouais...enfin, c'était son vaisseau qui servirait de transport... Il devrait en toucher deux mots au Purgateur. Le dernier peigne cul qui était monté à bord lui avait mis un tel bazar que Janius avait failli l'expédier dans le sas de sortie, en plein vol spatial.

Il consulta alors une note du Purgateur qui lui était parvenue le matin. Un nouveau candidat. Janius grimaça. Un assassin... C'était bien sa veine. C'était la première fois qu'il devait récupérer autant de tarés pour le Purgateur. Il avait déjà par le passé travaillé pour d'autres Inquisiteurs, et c'était toujours le même tableau. D'anciens libres marchands, contrebandiers, chasseurs de primes, parfois même d'anciens gangers, parias de la société... Des fois Janius se demandait si l'Inquisition ne comportait pas plus de rebuts de la société impériale qu'elle n'en combattait.
Mais il faisaient leur boulot et c'était tout ce qui comptait.

Il parcourut le profil du tout nouveau candidat. Dans les grandes lignes, un assassin ayant travaillé en free lancer pendant des années...Il avit eu une copine, qui était morte, et d'après les renseignements dont ils disposaient, à partir de ce moment cet assassin avait semblé développer un certain code d'honneur et une certaine volonté d'assainir son âme. Parfait... Un foutu sentimental. Il ne leur manquait que ça!

Il contacta son agent qu'il avait mis sur les traces de l'assassin. La voix parasitée de l'agent Korius résonna:
"Des nouvelles sur l'assassin? demanda Janius.
-Rien d'important. Il ne m'a pas détecté, comme les autres, et est resté dans son repaire. Au vu de ses habitudes, il n'est même pas d'Idriss IV. Probablement l'un de ses contrats...
-As-t-il reçu le message du Purgateur?
-Non, je viens juste de le déposer devant chez lui. Il était descendu dans la rue et viens juste de revenir. Mon cyber rat ne l'a pas laché d'une semelle. Il est allé dans un bar durant vingt cinq minutes, il attendait quelqu'un. Cette personne n'est pas venue apparement, et il est reparti directement chez lui. Je suppose qu'il a le message à présent. Mon dispositif d'écoute devrait me faire savoir s'il l'a écouté et quelle a été sa réaction...
-Reçu. Prochain rapport dans une heure. Janius terminé.
-Korius terminé."

La transmission se coupa et Janius laissa tomber le dossier de l'assassin sur la pile constituée des dossiers des autres. Il souffla un grand coup, vida son verre de cognac et se dirigea vers le pont pour communiquer l'avancement de l'opération au Purgateur. Une semaine plus tard il devrait donner l'ordre à ses contacts pour aller chercher les candidats et les mener à lui, si ces individus ne s'étaient pas déjà barré d'Idriss IV, l'âme pas assez pure pour continuer dans le chemin de la Lumière...
"Plutôt l'Obscurité de l'Inquisition" se dit Janius au vu des méthodes chères à l'organisation qui garantissait la sécurité impériale dans le secret absolu...

Le soir tomba sur Idriss IV et une tempête de pluie acide et nauséabonde tomba sur la cité ruche...Comme toujours...


_________________
"Personne ne peut plaider non-coupable dans cette cour ! Cela entraînerait de toutes façons la perte de mon précieux temps comme chef d'accusation. Coupable!"
                                                                     
 __ Inquisiteur Karamazov
+++ Burn the Heretic! +++

+++ Purge the Unclean! +++
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscuraelibrarium.forumgratuit.org
Kais Kauyon
Tau
avatar

Messages : 612

Feuille de personnage
EXP:
0/200000  (0/200000)
Affinité Psychique:
0/16000  (0/16000)
Inventaire porté:

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Lun 8 Aoû - 18:41

-Alors mon ami robotique où allons nous crécher ce soir?
L'ex Arbites avait l'habitude de parler au Cyberhound qui l'accompagnait depuis longtemps. Cyrus avait été son propre garde du corps et son éclaireur, Angmar se sentait épié.
Il nettoyait distraitement son poing métallique encore englué de sang sur sa veste longue avant de remettre les épais gants de cuir qui habillait les augmentiques.
Cyrus avait aussi senti la présence grâce à ses senseurs et Angmar l'avait bien compris.
Il se baissa à sa hauteur et lui sourit tout en chuchotant à son compagnon métallique.
-Fait le tour du paté d'habs et ramènes le vers moi mon ami, on va savoir ce qu'il nous veut.

Le cyberhound jappa et se mit à courir devant son maitre alors que ce dernier continua doucement sa route. Ils étaient reliés l'un à l'autre et un coup d'œil à son détecteur l'informerai de la progression du chien.
Aussi bien que sa carrure le lui permettait, il s'enfonça dans une alcôve naturelle d'un mur noir de suie et de soufre
-Allez viens la mon gaillard...
Cyrus était déja à son point et l'ex-Arbites tenta de reperer sa cible. Le cyberhound était sur le point de le repousser vers lui et angmar sorti de sa cachette comme un diable de sa boite
-J'ai horreur qu'on me file le train...

Vigilance: +2
Virtesse: +1

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tarchanswar.com/
Stara Sawrean
Citoyen
avatar

Messages : 491

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Lun 8 Aoû - 18:50

Idriss IV, Ruche Elphebas

La circulation était encombrée et pourtant, jamais Rubin aurait pensé arriver si vite à l'habs de son ami. Celui-ci, se trouvait au deuxième étage d'une tour aussi immense que les chapelles qui peuplaient Ophélia VII. Bien que cet effort ne fut dur à accomplir, la pollution ambiante croissait à mesure que les deux hommes montaient les marches. L'ouvrier semblait tendu. Rubin pensa qu'il s'agissait sûrement de sa rencontre entre lui et sa femme. Comment allait-il lui expliquer, qu'un inconnu de la famille venait passer plusieurs semaines chez eux et qui plus est n'apporterait pas l'aide financière requise pour le nourrir. Rubin passerait forcément pour le parasite de service.

Une fois arrivé au palier de l'appartement, Rubin eut comme un frisson d’excitation. Il était prêt à s'immiscer dans la vie de ces personnes et il savait comment s'y prendre. La porte qui n'était apparemment pas fermée, s'ouvrit lentement, et nos deux compères débouchèrent dès lors sur un couloir qui était loin d'être large. On pouvait déjà sentir l'odeur des plats chimiques précuits remplir la pièce. Des rires d'enfants parvenaient aux oreilles de Rubin.

"Tu as des filles?" questionna Rubin.
"Oui, Malicia qui a eu 3 ans et Bella, notre cadette d'un an."
"Cela me paraît ... intéressant."
"Je vous supplie de les laisser en dehors de cette histoire" répondit l'ouvrier qui semblait au bords des larmes, visiblement très touché d'emmener ces proches dans cette histoire.
"Cela ne tiendra que de toi mon ami, et tu le sais ..."
Cet alors qu'une voix féminine bien que rongée par le temps ou par le labeur coupa la conversation des deux hommes."Milow ? C'est toi mon chéri ? Viens, le diner est bientôt prêt."

Milow passa le premier dans le petit séjour de l'habs. Rubin légèrement en retrait, assistait à une scène attendrissante. La Femme l'enlaçait tendrement. Cependant lorsque celle-ci vue l'inconnu qui se tenait dans son couloir, l'atmosphère de la pièce changea.
"Qui est-ce ? Pourquoi est-il ici ?"
"Écoute Ilena, ..." Milow semblait hésitant dans sa voix, "Je te présente.."
Rubin s'avança pour se retrouver nez à nez avec la femme de l'ouvrier.
"Je me présente, Rubin, je suis un ami de travail de votre mari. J'ai eu quelques problèmes financiers et je me suis retrouvé à la rue. Lorsque Milow a apprit ma situation, il m'a gentiment proposé de venir habiter chez lui."
Ilena se retourna vers son mari, visiblement énervé.
"Mais qu'est-ce qui t'a pris ? Tu crois qu'on à déjà pas assez de problème à nourrir nos enfants que tu me ramène une autre bouche à nourrir."
"Je connais notre situation, mais chéri, il faut me comprendre."

Rubin interféra une nouvelle fois dans la discussion du couple : "Votre mari a eu une ancienne dette envers moi. Etant un homme d'honneur et fou amoureux de vous, il ne vous à rien dit pour vous tenir à l'écart de tout cela."[/i]
Ilena se retourna pour fixer son mari. Elle était perplexe. Finalement, elle déclara : "Très bien, très bien. Mais vous avez intérêts à nous aider dans les taches ménagères et surtout de ne pas manger comme quatre."
Rubin répondit avec le sourire : "Cela me convient parfaitement. Par l'Empereur, soyez éternellement remercié."


Alors que la journée avançait sur la planète Idriss IV, et après avoir pris la possession de la petite chambre de Malicia qui pour l'occasion dormira avec ces parents. Rubin demanda à ce que Milow l'emmène dans les bas-fonds de la sous ruche, là ou se trouvait le revendeur des produits que ramenait Milow du travail. Rubin savait que sur ce monde et comme bien d'autres, les Bas-fonds sont des zones dangereuses. Mais accompagné d'un habitué tel que Milow, et armé de son pistolet-laser, il n'avait pas plus à craindre.

***

Ils étaient arrivés par un transport en commun des plus banales qui les déposa non loin du dénommé Bar "A L’Empereur Bonifiant". Une fois sur place, il ne fallut pas longtemps pour que Rubin catalogue cet endroit : "Sale, puant, occupé par des sacs d'ivrognes et de toxicos et sans oublier les quelques Brutes et lourdeaux du coin. Un bar des Bas-fonds donc.
Rubin et Milow s'assit au comptoir attendant d'être servis. Milow était plus son aise ici que chez lui. Après tout, c'était un habitué comme il l'avait expliqué durant le voyage.
"Ce n'est peut-être pas à ton goût, mais c'est ici que les vrais affaires se passent. Par exemple, tu vois celui ayant une tunique bleu turquoise. Lui aussi, un habitué. Un Capitaliste de premier qui à toujours besoin de main d’œuvre bon marché ... Main d’œuvre gracieusement offerte par son interlocuteur, un marchand d'esclaves ..."
Le patron du bar vînt finalement à leurs rencontres.
"Milow, mon ami, te revoilà enfin. Tu as de nouveau pour moi ?" Le regard du patron se posa alors sur Rubin. Interloqué, il se rapprocha de Milow, et lui murmura : "Qui sait ? Il est clean au moins ?"
"Ne t'inquiète pas, il est dans des affaires aussi louches que toi et moi ... Mais, tu as l'air bien tendu. qu'il y'a t'il ?"
"Tu sais bien que j'aime pas les nouvelles têtes, surtout lorsqu'il y' en a deux d'un coup."
Rubin qui bien entendu écouter la conversation depuis le debut questionna le patron sur ce dernier fait : "Mon ami, tu as dit une autre personne ?"
Le Patron vexé d'avoir été si peu discret lui avoua qu'une personne était rentré quelques minutes après eux.
"Si vous voulez mon avis, il doit vous suivre depuis un bout de temps, il à la tête du gars fatigué de marcher."
Milow souhaita se retourner mais Rubin l’en empêcha. Le patron reprît alors la parole :
"Écoute Milow, t'es sympa mais je veux pas qu'on foute encore plus le bordel ici. J'ai déjà bien du mal à tenir boutique avec toutes ces histoires de marché noires et de drogues. Ce n'est pour qu'un autre bordel tombe sur le coin de ma gueule et accessoirement sur celui de mes affaires."
Rubin fixa le patron. Il voyait son inquiétude. Il était aisée de comprendre que si un conflit, armée ou non, éclatait ici. Il faudrait peu de temps pour que l'Arbites ferme ce lieu et envoyer le patron du bar croupir en cellule.
"Je vous comprend."dit Rubin, "Bien, je dois vous annoncer et je tiens à avoir votre discrétion à ce sujet, je suis comme on le dit dans le jargon un politicien véreux. Bah, quelle pots-de-vins par-ci, par-là enfin vous connaissez ce que sais. Je cherche juste à m'en sortir tout comme vous mais avec un temps d'avance, c'est tout. J'imagine que ce type n'est rien d'autre qu'un indic, voire même un chroniqueur cherchant un faux pas dans mon comportement pour remplir sa petite rubrique. Et voyez-vous, cela peut se relever gênant ..."
Le Patron du bar, d'un air intéressé , se pencha à l'oreille de Rubin : "Pour quelques couronnes, je peux peut-être vous arrangez l'affaire, et dès demain vous le retrouverez dans son journal vote chroniqueur. Rubrique nécrologique. " Rubin sourit à la proposition du patron, il devait avoir l'habitude de ce genre d'occupation et de petits services monnayés.
"Merci bien mais vous savez je suis plus corrompu que meurtrier. Non j'ai une bien meilleure idée."
Rubin se tourna vers Milow qui n'avait perdu aucune miette de la conversation.
"Mon ami, tu peux bien me passer quelques pièces pour un petit service."
Milow, savant d'avance son sort s'il il refusa, fouilla dans sa poche avant de tendre l'argent à son "proche ami".
"Très bien. Patron, Milow et moi, allons bientôt partir. Dès que cela sera fait, paye-lui un coup à boire et dis-le que c'est de la part de Rubin Thalah."
[i]"Hmmm. En quoi sa va te servir ? Pas que je veuille pas le faire, mais sa va rien t'apporter mon gars ..."

"C'est pourtant simple, en recevant ce verre, il aura plusieurs opportunités : Comprenant que je l'ai découvert, enfin grâce à toi, il lâchera l'affaire. Sinon, il cherchera à s'obtenir quelques une des mes .. faveurs. Après tout, je paye bien des pots-de-vins, non ? Dans tous les cas, il sera prévenu .."
"Bon dans ce cas. Content de t'avoir revu Milow."



***

Cela faisait un petit moment que Rubin et Milow était parti de ce lieu malsain mais restez une vrai mine d'informations au goût de Rubin.
"J'y comprends rien à ton histoire. Tu n'es pas un natif d'ici, qu'on te suit à la trace"
"Il peut s’agir de toi, je te signal."
"Moi ?
" répondit un Milow hébétés. "Non, impossible. Qui intéresserait à un ouvrier de bas étage comme moi. C'est quelqu'un pour toi, j'en suis sûre. Écoute, je commence vraiment en avoir marre de te trimballer, de te voir parmi ma famille."
Rubin se retourna vivement pour faire face à Milow, l'attrapa par le col et lui dit :
"Arrête de te plaindre tout le temps. Tu ne peux pas savoir à quelle point c'est chiant d’avoir à faire à un gamin qui gémit tout le temps."
Les deux hommes reprit leurs marches, l'atmosphère était plus que tendu entre eux.
"Tu sais" dit Rubin "Tu es un homme bon, qui travaille pour que l'Imperium ne faiblisse pas. Tu es juste tombé au mauvais endroit, au mauvais moment. Je sais pas si tu me croiras, mais lorsque toutes mes petites affaires seront réglées, je te revaudrai sa."

Intimidation: +2
Foi: -1
Rudesse: +2


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malatesta
Citoyen
avatar

Messages : 231

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Lun 8 Aoû - 20:41

Idriss IV, Ruche Elphebas

Le bouge infâme où il se trouvait ne tenait certainement encore debout que grâce à la crasse qui enduisait les murs. Depuis trois jours, Colm Darek y avait régulièrement fait escale pour sa dose d’amasec, et le patron lui avait laissé un recoin tranquille en échange d’une boîte de cigalhos.

« Ecoute-moi bien, tas de merde ! T’as deux options, et t’as intérêt à choisir avant que je t’explose le crâne : soit tu me dis où crèche l’enflure qui m’a tendu un traquenard, ou bien tu vas faire connaissance avec Monsieur Surin … » dit Darek à la petite frappe qu’il avait emmené de force dans l’arrière-salle du bouge en plantant son couteau dans la table. « Et si tu crois pas que j’en sois capable, dis-toi bien que j’en ai rien à foutre de toi, de ta vie ou quoi que ce soit : t’es qu’une raclure et j’aurais aucun mal à m’endormir en me disant que les rues de cette ville sont plus sûres sans toi. Mais comme je suis pas ingrat, peut-être que je te laisserai partir … »

« Mais qu’est-ce qui vous fait dire que j’en sais quelque chose ? » entendit-il l’autre répondre en essayant de ne pas s’étrangler en parlant. « C’est pas ma faute si on vous a chouré c’te mallette, j’y suis pour rien moi ! Et puis je connais des gens, des types haut placés qui font des misères même au Gouverneur … »

« Voyez-vous ça, le pouilleux a des relations … Mais sur quelle planète de merde je suis encore tombé ? » dit Darek en desserrant légèrement son étreinte. « Mais tu vois le truc c’est que je te crois pas, reprit-il en resserrant sa prise et en renversant le dealer sur la table, et maintenant je vais serrer jusqu’à ce que tu me dises ce que j’ai envie d’entendre, à savoir où ces enfoirés ont emporté mon radiant laser ! Et si t’essaies encore une fois de me raconter des conneries ou de nier, ce sera même plus la peine d’appeler ta maman pour venir reconnaître ce que j’aurai laissé de toi. »

« Ok ok, je vais parler » dit la fouine dans un souffle, qui s’apaisa quand Darek lâcha sa gorge pour dégainer un pistolet de marine dont les balles devaient être grosses comme un pouce. « Le type que tu cherches s’appelle Ratko Varic, c’est un petit notable du crime dans cet hab, et y’a que lui qui peut avoir osé un coup pareil ici … Il crèche normalement chez sa maîtresse, Louisa, et c’est un putain de maniaque : paraît même qu’il dort avec ses plus grosses prises de la journée. A coup sûr le truc qu’y t’ont carotté se trouve là. »

« Ok, maintenant casse-toi, et n’oublie jamais que je sais qui t’es, où t’habites et qui te fournis, et ça m’étonnerait en plus que les balances fassent long feu ici … Capiche ? » dit Darek en montrant la porte au bouseux sans attendre de réponse.

***

Le premier garde n’eut pas le temps de remarquer sa présence qu’il gisait par terre, la gorge largement ouverte par le tranchant monomoléculaire du large coutelas. Sans attendre qu’il se soit vidé de son sang, Darek avança silencieusement, logeant sa lame entre deux côtes, pile dans le poumon droit du deuxième garde, avant de lui briser le cou.

C’est en entendant l’oreillette du garde grésiller qu’il sut qu’on avait remarqué l’absence des gardes. Enfilant le vox du garde, il rangea le couteau et continua son avance vers la planque de Varic. Ce type devait vraiment tenir tout le quartier, à en juger par le relâchement de ses gardes qui ne devaient jamais avoir autre chose à faire que briser quelques jambes. Malheureusement pour eux, Darek lui était entraîné, et la douleur qui émanait régulièrement de l’entaille que les sbires de Varic lui avaient infligée au côté gauche n’était pas pour saper sa détermination.

Se rappelant les préceptes de combat en milieu clos, il avança dans les couloirs du grand complexe désaffecté abritant le bordel où se trouvait Varic, le dos plaqué contre le mur et les sens en éveil. C’est alors qu’il entendit un bruit de cavalcade venant dans sa direction ; un rapide coup d’œil à son auspex l’informa qu’ils étaient trois à converger sur sa position. Repérant un vieux tas de débris, il s’accroupit derrière en dégageant son shotgun. Le premier garde, une armoire à glace en fin de vie, sans doute un ancien de la Garde, fut le premier à mourir : son corps déchiqueté par les chevrotines vola en arrière sur plusieurs mètres avant de s’immobiliser dans une pose des moins naturelles. Le deuxième, sans doute convaincu qu’ils avaient à faire à un quelconque camé armé d’une pétoire à un coup, sortit de derrière le coin où il s’était réfugié le temps de donner l’alerte par vox et ouvrit le feu de son fusil laser ; sa silhouette se découpant dans la lumière des lumiglobes vacilla à son tour avant de s’effondrer quand une deuxième détonation sourde retentit. Repérant le troisième gangster qui fuyait, Darek eut à peine le temps de dégainer son pistolet pour lui loger une balle qui lui fit éclater le crâne avant qu’il ne s’enfonce dans les dédales sombres de ce labyrinthe.

Repérant un rai de lumière sous une porte et de nombreux cris féminins à l’intérieur, il enfonça la porte d’un coup de pied pour se trouver nez à nez avec la salle de "repos" des filles.
« Louisa, où je la trouve ? » demanda-t’il d’un ton brusque après s’être assuré que la pièce était sûre
« Je ne vous permets pas … » commença une femme d’âge mûr en s’avançant vers lui
« Toi la maquerelle, commence pas et dis-moi ce que je veux savoir, et on sera tous les deux contents quand je partirai d’ici ! » l’interrompit Darek sans se laisser démonter par le comportement assuré de la tenancière qui la distinguait assurément des mijaurées qui s’évanouissaient l’une après l’autre.
« Vous lui voulez quoi, à Louisa ? » continua-t’elle en ignorant la dernière phrase du Lieutenant
« Je viens chercher quelque chose qui m’appartient et qui se trouve en la possession de son client à l’heure actuelle. Maintenant dites-moi où elle est, ou alors je force toutes les portes et fouille tout ce bâtiment jusqu’à ce que je l’ai trouvée ! »
« Chambre 204, deuxième étage » soupira la maquerelle en pensant au gâchis que ça allait encore faire. « Vous allez pas lui faire de mal au moins ? » demanda-t’elle anxieuse.

N’écoutant déjà plus les vociférations de la vieille, Darek grimpa les marches quatre à quatre jusqu’à arriver au palier entre le premier et le deuxième étage, où son auspex l’informa que deux types se trouvaient sur le palier du deuxième, sans doute d’autres gardes. Dégainant ses pistolets, il monta les marches tranquillement, et la seconde de surprise qui frappa les deux cerbères montant la garde devant la porte de la 204 leur fut fatale, tandis que Darek leur logea à chacun une balle de .44 en pleine tête. Enjambant leurs cadavres, il tenta de forcer la porte, avant de se résigner ; une autre balle eut vite raison de la résistance du verrou, et le spectacle qui s’offrit à ses yeux fut certainement un des plus ignobles qu’il eut jamais vu : l’eau suintait des murs à tel point qu’on aurait dit qu’ils saignaient, l’odeur âcre et moite était proprement insoutenable, un mélange de sang, de sueur et Lui seul sait quoi d’autre encore et la lumière blafarde donnait à la pièce un air halluciné, comme si une apocalypse avait dévasté la pièce.

Le vieil homme rachitique qui se tenait dans le coin de la pièce devait être Varic. Il pointait un pistolet sur Darek en pensant peut-être que cela allait suffire.
Un 9 mm, et vu comment il le tient j’ai rien à craindre, jaugea Darek avant de parler
« Salut Ratko. Je crois que t’as un truc à moi, et je suis venu le récupérer. » dit-il un grand sourire aux lèvres
« Tu n’as aucune idée des merdes qui vont t’arriver gamin, alors je te conseille de te casser tant que tu le peux encore ! » grogna Varic
« Ecoute-moi bien vieillard, parce que je vais pas me répéter : tu me rends mon flingue, et je me barre en te laissant aller détrousser quelqu’un d’autre. Je suis pas du genre à être impressionné par ton pistolet à bouchon. J’ai buté tous tes gardes à moi seul sans une égratignure, et je n’aurai aucun souci à t’abattre avant même que t’ai eu le temps d’appuyer sur la gâchette, alors joue pas au plus con avec moi, t’as toutes les chances de perdre ! »
Les quelques secondes qui s’écoulèrent parurent à tous durer des heures, avant que Varic abaisse son flingue
« Ok, ça va, reprends ta merde » pesta-t’il en ouvrant une armoire pour lui lancer le radiant. « Et je veux plus jamais revoir ta sale tronche ici ! Compris ? »
« T’en fais pas, j’ai pas envie de rester ici chez les bouseux d’en bas. Et question sale gueule tu fais pas mal non plus, t’aurais même toute les chances de te qualifier pour la finale du concours des plus moches tronches de la ruche ! » ricana Darek en empoignant l’arme laissée à terre avant de repartir du complexe en s’allumant un cigalho.

Intimidation: +2
Foi: -2
Loyauté: -1
Combat CC: +2
Combat CT: +1
Psychose: +1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valakhan
Citoyen
avatar

Messages : 44

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Mar 9 Aoû - 9:48

Idriss IV, Ruche Elphebas, poste de commandement de la Missionaria Protectiva

Le poste de commandement de la police locale, qui se donnait un nom aussi pompeux qu'absurde, avait l'air aussi déglingué et mal tenu que tous les bâtiments qui l'entouraient. Irwan hésita quelques instants avant de finalement se décider à franchir le palier de la porte. Il se dirigea d'un pas sûr en direction du bureau de la réceptionniste.

«Je désire parler à votre commandant, madame. entonna-t-il d'un air sympathique afin de la mettre en confiance.
-C'est à quel nom? demanda-t-elle d'une voix dure et peu avenante.
-Irwan McCaroll.
-Patientez un moment je vous prie.»

Irwan se dirigea vers un siège miteux posé à coté d'une table en tout aussi mauvais état, recouvert de magazines de propagande impériale. Il se saisit d'un de ceux-là, plus pour passer le temps que par réel intérêt. À son bureau, la réceptionniste échangea quelques mots dans un interphone, probablement avec son supérieur. L'échange dura quelques minutes avant qu'elle se tourne vers lui et lui confirme l'accord de cette réunion.

«Le commandant Javir Gonzaliz va vous recevoir dans son bureau» commença-t-elle d'une voix monotone. «Suivez ce corridor jusqu'au bout, et prenez à droite. Le bureau du commandant est derrière la troisième porte à gauche.»

Ibram prit poliment congé de l'employée et prit le chemin indiqué. Il traversa un couloir qui lui semblait interminable, jalonné de portes toutes identiques aux autres et de pièces absolument semblables à leurs voisines. Arrivant enfin à l'embranchement, il prit à droite et compta trois portes. Sur celle de gauche était bien marqué le nom de Javir Gonzaliz. Il frappa deux coups à la porte.

«Entrez!» lui fut-il répondu. Il ouvrit la porte et découvrit une pièce petite, à la décoration spartiate et encombrée de paperasse. Gonzaliz se tenait derrière une petite table métallique toute simple, son uniforme bleu usé par des années d'usage, un cigalho allumé dans la bouche et un verre d'amasec versé devant lui.

«Quel bon vent vous amène par ici, mon ami! commença le commandant d'un air jovial et sincère, qui inspira tout de suite confiance à Irwan.
-Je suis à la recherche de certaines personnes, commandant. J'aurais besoin de votre aide pour les retrouver.
-Et pourquoi ferais-je celà, mon cher Irwan? Qu'avez-vous donc à m'offrir en compensation? demanda Gonzaliz sur un ton désinvolte.
Irwan se renfrogna. Tout son argent était passé dans le voyage pour cette planète pourrie jusqu'à la moelle.
-J'ai suivi une formation de médecin légiste, commandant. Je pourrait vous aider sur une affaire, et vous me rendez la pareille en m'assistant pour retrouver ces hommes. C'est un marché honorable.
Gonzaliz prit quelque secondes pour s'accorder un semblant de réflexion tout en arborant une moue comique. Il prit finalement la parole sur un ton assez sinistre, mais cachant une note de gaieté prouvant qu'il ne s'agissait que d'un simulacre destiné à amuser la galerie.
-Eh bien, voyez vous Irwan, cela tombe extrêmement bien car mon précédent légiste est décédé quelques jours auparavant, ce qui fait que je me retrouve très embêté car la bureaucratie étant ce qu'elle est, un nouveau ne sera pas transféré avant deux semaines, et nous venons de recevoir un cadavre a peine deux heures avant. Venez avec moi, je vais vous montrer le chemin.

Gonzaliz se leva d'un mouvement fluide, s'avançant dans le couloir sans vérifier si Irwan le suivait bel et bien. Ce dernier du accélérer le pas pour rester au niveau des grandes enjambées du commandant. Le trajet jusqu'à la morgue était assez long, et son guide était particulièrement bavard, si bien que lorsqu'ils arrivèrent finalement à leur but. Il sembla au légiste qu'il connaissait chaque aspect de la vie de Gonzaliz. Il avait eu une femme, décédée et une fille, qui représentait toute sa vie pour lui. Et ainsi de suite pendant au moins dix minutes. Enfin arrivés à la morgue, Irwan avait plutôt bien réussi à cerner le personnage. Se dirigeant vers le vestiaire du labo, il aperçut les outils de son prédécesseur et remerçia l'Empereur d'avoir été assez avisé pour prendre les siens. Une fois sa blouse blanche, un masque et une charlotte revêtus afin d'éviter de contaminer les preuves, Gonzaliz nota l'insigne d'Arbites encore cousu sur l'habit du médic. Notant le regard du commandant, Irwan lui expliqua brièvement: «J'ai eu quelques petits problème avec l'autorité corrompue de là d'où je viens. Ils voulaient couvrir une injustice, j'ai refusé, ça a dégénéré, c'est tout.»
Gonzaliz acquiesça et répondit: «Ça nous fait donc un point commun, mon frère.»

Irwan adressa un regard plein de considération nouvelle pour le commandant, avant de lui demander de quitter la salle, pour le laisser travailler en paix. «Je vous appellerai dès que j'aurai du nouveau.»

Une fois seul, le légiste se mit au travail et sorti son recordeur vocal. Un orifice sanguinolent à l'arrière du crâne entouré de poudre signalait un meurtre par balle à bout portant. Comme il n'y avait pas de trou de sortie, cela voulait dire que la balle était encore à l'intérieur du cerveau. Irwan l'extirpa hors de la boite crânienne et entrepris une comparaison balistique. Tandis que la recherche tournait, il se pencha plus en détail sur le cadavre étendu devant lui. Une légère coloration bleutée autour de la bouche et du nez indiquait une tentative d'étouffement. Irwan releva effectivement un brin de tissu rouge coincé entre les dents. Il le retira en le plaça dans une des boites à preuves. Poussé par un instinct, il examina les mains de la victime à la recherche d'indices. En effet, sous les ongles, de la peau indiquait que le mort avait tenté de se débattre. Le fait qu'il n'ait pas réussi à s'enfuir malgré sa constitution imposante dénotait donc que son adversaire devait être une montagne de muscles. Irwan recueillit les cellules épithéliales et lança également une recherche ADN. Ces preuves étaient déjà suffisantes pour trouver le meurtrier, mais son devoir de légiste le poussait à terminer totalement l'autopsie.

Deux heures plus tard, Irwan appela Gonzaliz pour l'informer de ses découvertes. Le commandant se tenant dans la morgue, devant le cadavre qui avait été recousu après l'autopsie. Le légiste énuméra devant lui tout ce qu'il avait récolté, et les déductions qu'il en avait tiré.
«L'arme utilisée pour tuer ce malheureux est un modèle très répandu dans les maisons nobles de la cité ruche. En utilisant ce fait avec le bout de tissu retrouvé dans la bouche de la victime, j'ai pu en déduire que le meurtrier appartient à la Maison Valdor. L'ADN recueilli sous les ongles du mort nous indiquera clairement l'assassin, probablement un de leurs fils pourri-gâté qui a pété les plombs. Le mode exécutoire laisse penser à un acte spontané plutôt que prémédité. Le tueur a agi sous lencoup d'une impulsion, et il doit probablement subir maintenant le contrecoup de son acte. Il parlera facilement, à mon avis. J'ai rempli ma part du contrat, à vous maintenant.»

Gonzaliz éclata de rire, impressionné par le talent de son interlocuteur et admirant sa franchise et sa manière de parler droit au but.
«Très bien mon frère, parlez moi un peu des hommes que vous recherchez!
-Je ne sais pas à quoi ils ressemblent, ni comment ils s'appellent. Tout ce que j'ai, c'est un enregistrement. Je ne peux malheureusement pas vous le faire écouter, mais sachez que je dois retrouver les contacts d'un homme dont l'influence s'étend hors de cette planète.
-Mmmmh, je vois quelqu'un qui pourrait nous renseigner. C'est un rat des docks, un criminel de bas étage; mais si quelqu'un passe par son territoire, il le sais forcément. Si vos contacts sont arrivés il y a peu, il saura où ils sont, faites moi confiance. En attendant, reprit-il d'un air joyeux, j'ai fait transporter vos affaires dans mes quartiers. Vous êtes mon invité, mon frère! Maintenant, venez avec moi, allons chercher cette racaille de Slimmy!

Idriss IV, ruche Elphebas, Docks impériaux

«C'est celui-là, le maigre au milieu du groupe de gros bras. indiqua Gonzaliz en désignant un avorton décharné n'ayant que la peau sur les os Il se prend pour un dur, mais je vous parie dix billets qu'il va s'enfuir des qu'il nous verra»

Cachés derrière une caisse, les deux hommes observaient leur contact. Un ganger de bas étage, rien de plus, pourtant s'il pouvait indiquer à Irwan où trouver ces contacts...
Le légiste se sentait un peu mal à l'aise de devoir cacher des éléments au commandant, mais le message de l'inquisiteur devait à tout prix rester secret.

«Allons lui faire un petit coucou, mon frère.» renchérit Gonzaliz tout en quitant sa cachette et en avançant d'un pas sûr vers le bandit à face de rat. Irwan le suivit en ne quittant pas la cible des yeux. Lorsque Slimmy les aperçut et reconnut Gonzaliz, il n'est aucune hésitation avant de tourner les talons et de s'enfuir dans le dédale de ruelle caractéristique des Docks. Lâchant un juron, le commandant s'élança, suivi par Irwan. Gonzaliz lui dicta ses instructions: «Suivez le et ne le lâchez pas d'une semelle. Je vais essayer de lui couper le chemin par un autre passage!»

Le Tanith n'hésita pas avant de s'élancer à la poursuite du fugitif. Courant comme un dératé, s'efforçant de ne pas perdre Slimmy de vue, il devait bien reconnaitre que ce dernier avait un avantage certain du fait qu'il connaissait parfaitement la zone. Poursuivi et poursuivant se couraient après dans les ruelles étroites, bousculant les passants qui croisaient malencontreusement leur chemin. Mètre par mètre, Irwan gagnait progressivement du terrain sur le ganger, réussit presque à l'avoir à portée de main jusqu'à ce que Slimmy lui envoie une caisse dans les jambes. Le docteur s'effondra en avant, lancé dans une roulade improvisée et se relevant à temps pour voir le fugitif s'engager dans une nouvelle ruelle. Remis sur pied, il reprit la poursuite, et reprit le contact visuel avec sa cible, juste à temps pour voir Gonzaliz sauter du toit d'un étal sur Slimmy et le mettre à terre. S'arrêtant en titubant et en haletant à côté des deux hommes, il tenta de parler, sans succès, le souffle coupé.

«Vous en avez mis du temps, docteur. le railla Gonzaliz, en sueur et ayant de la peine à respirer. Je me suis presque ennuyé.»
L'émotion de la course d'Irwan s'échappa en un rire frénétique alors qu'il se laissait tomber contre un mur, tentant désespérément de reprendre son soufle. Ce faisant, Gonzaliz fouillait les poches du ganger à terre.

«Tiens tiens, de l'obscura! dit-il, feignant la surprise. Et un sacré paquet! Tu sais ce que tu risque pour trafic de drogue? Légion pénale, ni plus ni moins. Alors je te conseille de nous dire ce qu'on veut savoir, et que ça soit convaincant. J'ai très peu de patience aujourd'hui!
-Ok ok c'est bon! couina Slimmy plaintivement. Qu'est-ce que vous voulez?
-C'est mieux comme ça, Slimmy! Je vais te laisser faire connaissance avec mon copain McCaroll.»
Slimmy eut un hoquet de surprise en entendant ce nom. Avisant cette réaction, Irwan comprit rapidement la situation.
«On a posé des question à mon sujet, n'est-ce pas? commença-t-il. Je serai simple: où pourrai-je les trouver?
-Je ne sais pas, se défendit Slimmy. Ils ne m'ont pas donné d'adresse, rien! Ils m'ont juste demandé où vous créchiez. Je vous jure!»

Irwan regarda d'un air de mépris la masse tremblante à ses pieds. Fausse piste. Il ne put pas retenir un geste de dépit dans le vide. Tous ces efforts pour rien! Il fallait recommencer à zéro. Lâchant un soupir de dépit, il fit signe au commandant de laisser le prisonnier s'en aller, et fit route avec son camarade vers ce qui etait désormais leur logement commun.


Investigation: +2
Jugement: +2
Vitesse: -1
Loyauté: +1
Foi: +1


Dernière édition par Valakhan le Mar 9 Aoû - 12:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
-- iMO --
Citoyen
avatar

Messages : 447

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Mar 9 Aoû - 11:12

Idriss IV, Ruche Elphebas

Le client n'était pas venu. Il était allé au lieu de rendez-vous et le client ne s'était pas pointé. Tant pis pour lui, à partir de ce moment ce n'était plus ses affaires. Et Extellion ne voulais pas courir le risque de se pointer une deuxième fois dans ce bar. Oh pas pour lui non, pour la clientèle de petites frappes. Aucun d'eux de mérité de marcher à Sa lumière mais ce n'était pas ses affaires aujourd'hui, non, il allait se contenter de récupérer son matériel à son appartement et d'aller faire un tour ailleurs. Décidé à quitter la ruche il ne pris même pas la peine d'emprunter un chemin rallongé pour regagner son habs, dans une heure il ne serait plus là de toute façon. Enfin c'est ce qu'il croyait...

***

Il était assis torse nu dans son habs, son arsenal de lames, couteaux, poignards et autres, étalé devant lui. Il passa délicatement ses doigts sur les cicatrices de son bras, puis laissa sa main s'attarder sur le cœur scarifié sur son pectoral gauche, au milieu d'un entrelacs compliqué. Un petit diffuseur musical remplissait l'air d'une mélodie aux rythmes précis et puissants, soutenus par un mélange de chant crié et de chant clair. Extellion ferma les yeux et laissa la musique l'apaiser, triant ses pensés. Il allait falloir être prudent avec l'habs, on l'avait suivit. Certes c'était visiblement des gens de l'Inquisition mais si eux était capable de le retrouver, d'autres le pouvaient aussi. D'un autre côté son client ne s'étant pas présenté, n'ayant pas était controlé par l'Arbites depuis son arrivé, étant dans un habs en règle et disposant de trois jeux de papiers d'identité il pouvait sans doute rester ici pour encore une semaine, voir deux s'il ne se faisait pas remarquer dans la ruche. La musique diffusée par le petit dispositif se mua en partition simple et épurée, jouée par un instrument unique. L'assassin attrapa une de ses lames et s'entailla l'avant bras. Réouvrant des cicatrices précises dans le motif complexe des lignes de chaires plus claires. Lorsque la musique s'acheva, il s'arrêta, essuya la lame, épongea le sang qui coula jusqu'à son coude. Les lignes rouges dessinaient un fil barbelé enroulé autour de son avant bras. Par la commande vocal du diffuseur sonore il ordonna à l'appareil de repasser le message qu'il avait trouvé devant sa porte. Pour la dixième fois de la soirée.

« Ici l'Inquisiteur Purgateur Niklas Turielo, de l'Ordo Hereticus. Si vous êtes contacté, c'est vous répondez aux critères exigés par ma prochaine enquête. Je vous demande de vous rendre dans la cité ruche d'Elphebas, sur Idriss IV afin de rentrer en contact avec mes agents et d'être menés à moi. Je vous attendrait dans la cité ruche de Carolisia où ... »

Extellion souris. Il n'était pas si dure d'analyser ne serait ce qu'une information : c'est pas sur Idriss IV que se trouverait l'Inquisiteur. Depuis quand un client aussi haut placé était assez stupide pour aller directement au lieu du premier rendez vous, surtout que cette enregistreur n'est pas des plus sécurisé. Non il était évident à ses yeux que tout ne se passerait pas comme indiqué dans le message. Rien ne se passe jamais comme prévu. Ce qui est censé aller bien ira mal, ce qui est censé aller mal ira encore plus mal ...

« ... coopération et de votre motivation, je vous demanderai de bien vouloir vous y rendre par vos propres moyens. L'argent vous sera remis ... »

C'est marrant ça, que je sois déjà sur place non ? L'argent importait peu à Extellion. Depuis qu'Elle n'était plus là il pouvait se conter de peu. Si jamais il venait à manquer d'équipement il faisait payer en avance à ses clients les frais de préparations du contrat, mais de l'argent pour lui même, ça, il n'en avait que très peu besoin.

« ... L'Empereur vous garde. »

Pourvu qu'Il la garde Elle moi ça m'ira, pensa l'homme en éteignant le diffuseur sonore. Les coupures sur son avant bras s'étaient taries. Il essuya le surplus de sang, ne laissant ainsi que le dessin rouge gravé dans sa chair contraster avec la pâleur naturel de sa peaur. Pour ce soir il est temps de dormir. Il vérifia le piège de la porte d'entrée, s'assura que l'auspex était bien sur le bon mode de fonctionnement, et que son fusil d'assaut était chargé. Puis il alla s'installer dans l'habs voisin pour la nuit.

Psychose: +5
Mental: -2
Joie: -1
Investigation: +1
Jugement: +2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rulfr
Citoyen
avatar

Messages : 886

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Mar 9 Aoû - 12:22

Idriss IV

En quittant la chambre qu'il avait occupé pendant deux jours, "enfin nuit surtout" , Eoghan ne se rappelai déjà plus du prénom de celle qui l'avait hébergé et nourri ces derniers jours.

"Bon c'est pas tout çà mais je suis toujours à sec niveau pognon. Faut que je me trouve quelque chose ... Allons voir si les FDP d'ici n'ont pas besoin d'un instructeur en combat au corps-à-corps ou au tir. Je pourrais peut-être gagné quelques petites pièces."

Après avoir passé trois postes de garde qui avaient failli lui coûté son barda, il pénétra dans le bureau de l'adjudant du commandant des FDP de la ville.
"On doit pas s'ennuyé avec elle la nuit."

"Cessez immédiatement de me déshabiller du regard monsieur ...?"
"Eoghan Cairnech pour vous servir de jour comme de nuit adjudant."
"C'est pas gagné çà monsieur Cairnech, bon puis-je connaître les raisons de votre présence ici?"
"J'était sergent des FDP de Sidh jusqu'à il y à quelques jours seulement et venant de débarquer sur votre charmante planète je me suis dit que je pourrais vous faire bénéficier de mes savoirs moyennant quelques pièces et la possibilité de diner avec vous bien sur."

Ne relevant pas le plat qu'il lui faisait, elle lui demanda un sourire en coin :
"J'aimerais bien connaitre ce qu'un type comme vous peut bien enseigner à mes gardes."
"Vous m'offensez là ! Vous désireriez peut être une démonstration ? Au tir et au corps-à-corps, pas celui que vous pensez entre nous poupée."
"Au tir et combat rapproché dites vous? Intéressant, je suis la meilleure au tir de l'escadron, faisons un concours. Suivez moi dans la cour d'entraînement!"


"Voici notre stand de tir, je vais vous faire une démonstration de ce qui se fait de mieux au tir ici."Elle détruisit toutes les cibles se présentant dans son champ de tir et fièrement se retourna pour voir un Eoghan redevenu sérieux :
"C'est çà votre élite? Chez moi vous seriez déjà morte par ce tireur que vous n'avez pas vu à la fenêtre à vos onze heure, deuxième étage."
Etonnée et honteuse qu'un bleu la rabaisse chez elle, dans son antre, elle rétorqua :
"Allez-y montrez moi vos soi-disant talents."

Déballant son fusil M36 modifié, il prit position et son visage se ferma complètement par la concentration.
Un mouvement à sa gauche le fit voir sa cible, l'analyser comme étant une menace, viser la tête et tirer, le tout en moins d'un seconde et le viseur était déjà reparti à l'étage d'une maison en ruine où un mouvement avait attirer son attention.

Surprise devant ce revirement de comportement qui transforma le beau gosse de tout à l'heure en tueur précis, elle voulu sauver son score en le distrayant :
"Gentleman comme vous êtes vous allez bien me laisser gagner si vous voulez un repas ce soir avec moi, non ?"
Deux cibles de plus tombèrent avant qu'il ne réponde :
"Jamais de demi-mesure au combat, c'est tuer ou être tuer et comme j'ai encore envie de vivre de nombreuse année, je vais devoir refuser bien que cela me brise le cœur."

Une telle réponse venant de l'homme qui l'avait draguée depuis le début la surpris agréablement " il n'est peut être pas qu'un simple dragueur après tout."

"Alors je suis accepté pour ce job ou pas ?"
"Je vais en parler au colonel, mais je doute qu'il refuse par contre niveau argent çà sera impossible, on subit des restrictions budgétaires constantes."
"Merde, bon j'accepte en échange d'un lit et de quoi manger, et pourquoi pas ce diner entre nous même si je ne vous ai pas laissé gagné ?"


"On verra demain après le test au corps-à-corps, pour voir si vos talents égalent ceux au tir."


Sociabilité: +2
Moral: +1
Joie: +2


Dernière édition par Rulfr le Mer 10 Aoû - 19:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscuraelibrarium.forumgratuit.org/
Turielo
Administration (Maître de Jeu)
avatar

Messages : 2052

Feuille de personnage
EXP:
200000/200000  (200000/200000)
Affinité Psychique:
16000/16000  (16000/16000)
Inventaire porté:

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Mar 9 Aoû - 20:08

OBSCURAE, FORTERESSE DE NIKLAS TURIELO:

La silhouette holographique du Capitaine Janius disparu et le silence se fit dans la salle.
Le Purgateur semblait tendu, mais tenta de ne rien laisser apparaître. Si Isabel semblait presque amusée de la situation, Semos et Kyra ne l'étaient pas du tout...
"Bon sang, Niklas, dans quoi on s'est embarqué? cracha cette dernière, sans cacher son dégoût. C'est ça votre équipe inquisitoriale en devenir? Ça nos futurs frères d'armes?
-Calme toi Kyra... fit Turielo, en levant une main fatiguée. Je suis sûr de mon choix, et même s'ils apparaissent comme profondément marginaux, je crois en leurs compétences. Ils n'ont même pas encore idée des épreuves qui les attendent.
-Fine équipe ouais... ajouta Semos en secouant la tête de dépit. Deux psychopathes, un sadique, un obsédé sexuel... Personnellement je me demande même ce que nous réserve le médic qui a l'air d'être le seul à peu près décent... Bon sang c'est avec de tels exemples de déviation du credo que vous comptez combattre la corruption?
-Moi j'aime bien ce Cairnech...Il a l'air sympathique... fit Isabel en affichant un large sourire de prédatrice. Qu'il essaye son jeu de Don Juan avec moi, il risque d'être surpris...
-Nous ne sommes qu'à la phase un. lâcha Turielo, agacé par la situation. Je suis sûr qu'ils se remettront vite dans les rails de la Foi véritable lorsque nous nous rencontrerons et qu'ils connaîtront la vraie teneur de notre mission. Je vous rappelle que certains d'entre vous n'étaient pas si reluisants que cela quand je vous ai recruté!"

Un nouveau silence tomba. Visiblement, l'Inquisiteur était tout de même troublé par les rapports qu'il avait reçu, se demandant au fond si il avait fait le meilleur choix. Malgré tout, il faisait confiance à son instinct, et sa décision était prise.

"Je leur donne encore trois jours, après quoi Janius les contactera directement pour le regrouper et les mener jusqu'à nous. Leur première confrontation les uns avec les autres devrait être significative. Je sens bien que certains d'entre eux ne pourrons pas se supporter, mais il devront faire avec, ou partir sans rien demander de plus."

Kyra soupira. Elle avait déjà connu cette situation auparavant, lorsque trois candidats avaient été sommé de retourner chez eux, sans argent, sans un seul remerciement, et presque avec des menaces. C'étaient des véritables abrutis. Mais là, ce n'était pas des idiots avec qui ils avaient à faire, mais bien des individus trop tourmentés pour garder une âme saine, et elle craignait que cette fragilité spirituelle ne fasse d'eux des proies rêvées pour les Forces de la Ruine.

Il fallait être très prudent...

Elle savait que Turielo avait déjà détecté des psykers en devenir chez eux. C'était encore plus grave, car si il s'agissait d'un des psychotiques du groupes, la situation allait vite empirer. Comme si il savait que cela allait opposer ses amis à lui, le Purgateur gardait cette information précieuse pour lui seul.

Turielo fit à nouveau appel à Janius, lui communiquant ses ordres, commandant un premier contact d'ici trois jours et un premier regroupement du groupe le lendemain.
Puis il ajouta:
"Si l'un d'eux se montre hostile, employez la force. Mais si il s'avère incontrôlable, abbatez le, car il ne nous sera d'aucune utilité."

Janius hocha la tête et se prépara à communiquer les ordres à ses agents, dont aucun n'avait été encore repéré, témoignage de leur furtivité et de leur savoir faire exceptionnel en matière de surveillance...

Une fois la communication coupée, le Purgateur s'en retourna vers ses appartements.
Isabel partit dehors pour flâner comme à son habitude.
Kyra et Semos restèrent un moment silencieux, puis échangèrent un long regard. Kyra dit enfin:
'Je t'assure, Semos. Si l'un d'eux est un danger pour nous tous, ordre ou pas, je l'incinère sur le champ et je réduit son âme en poussière. Nous ne pouvons pas revivre le désastre qui nous oblige à faire appel à de nouveaux acolytes."

Semos hocha silencieusement la tête, sa main caressant la crosse ouvragée de son pistolet, comme pour faire comprendre à sa collègue et ami qu'il partageait la même opinion...


_________________
"Personne ne peut plaider non-coupable dans cette cour ! Cela entraînerait de toutes façons la perte de mon précieux temps comme chef d'accusation. Coupable!"
                                                                     
 __ Inquisiteur Karamazov
+++ Burn the Heretic! +++

+++ Purge the Unclean! +++
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscuraelibrarium.forumgratuit.org
-- iMO --
Citoyen
avatar

Messages : 447

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Mer 10 Aoû - 11:41

Idriss IV, Ruche Elphebas


L'auspex n'avait rien détecté de la nuit. Rien de moins gros qu'un chien n'aurait pu s'approcher de l'étage où dormais l'assassin. C'était toujours la même routine : se procurer un appartement au dernier étage, piéger la porte, activer l'auspex pour qu'il le réveille au moindre mouvement suspect et dormir avec son fusil. Extellion entrepris quelques exercices d'assouplissement et de maintient en forme, récita une rapide prière à l'Empereur-Dieu, récupéra ses lames et les rangea dans les fourreaux dissimulés dans son armure composite. Magnifique récompense que cette armure d'ailleurs. Préférant rester discret il laissa son fusil d'assaut caché sous son lit et enfila une tunique ample par dessus son armure légère. Il sorti en prenant soin de réactiver le piège de la porte. Il tira sa capuche sur sa tête et s'apprêta à partir quand il vit un rat du coin de l'œil. Qu'est-ce que ... ?! Mais le rongeur avait déjà décampé.

***
Avec sa tenu usée il donnait simplement l'impression d'être un habitant de la sous ruche tentant de se protéger tant bien que mal des courants d'air pollués de la ruche. Le luxe d'un respirateur aurait attiré l'attention. Extellion comptait aujourd'hui se balader au hasard dans ce quartier de la sous ruche afin d'essayer de trouver quelques choses d'utiles, attirer l'attention n'était donc pas dans ses priorités. Il emprunta une ruelle particulièrement sale, paradis pour la vermine. Une meutes de rats se faisaient festin d'une benne à déchets éventrées. Les rats... pensa-t-il,y a un truc qui ... Il percuta un ouvrier ce qui eut pour effet de le tirer de ses pensées et de recevoir un juron étouffé. Quand il se retourna pour répondre il remarqua l'augmentique qui remplaçait la main du passant. Mais bien sûr ! Le rat ! Dès le premier jour où il avait pris possession de son habs, Extellion avait commencé à en chasser les rats. Un massacre systématique pendant deux jours avait eu pour effet de faire fuir les rongeurs. Ça faisait une semaine entière qu'aucune de ses bestioles ne s'était pointée au dernière étage de sa résidence ouvrière, celui même où il avait élu domicile. Or le rat de ce matin n'était certainement pas un détail à ignorer quand on prend en considération ce que l'augmentique de l'ouvrier lui a rappeler : les cyber-rats. Il ne s'en était jamais servit car n'avait pas les implants nécessaires mais il savait que certains assassins et tueurs à gages avaient recours à ses rats espions. Il fallait qu'il s'en débarrasse. Il y avait certes de grande chance que ce rat appartiennent à celui de ces mystérieux futurs employeurs mais ces derniers avaient prouvés qu'il savait où il habitait ce qui signifiait que même s'il se débarrassait de ce pisteur les acolytes de l'Inquisteur pourraient toujours le joindre en laissant quelques choses à son appartement.

***
La journée n'avait pas été riche en information. Au moins avait-il récupéré un peu d'argent et une paire d'outils de crochetages. Un voleur à la tire avait eu le malheur d'essayer de lui faire les poches. Il s'était retrouvé la main cloué à une benne par la lame dissimulée dans la manche de l'assassin. Ce dernier lui avait fait les poches en lui laissant la moitié de son argent. Si jamais l'argent qu'il avait sur lui était le seul qu'il possédait le jeune voyou aurait alors été forcé de voler à nouveau et ça n'était pas ce que voulait Extellion, juste un leçon. En espérant que le voleur la retienne. L'Empereur voit et juge chacun de nos actes. La nuit était tombée et il était maintenant temps de se débarrasser de ce rat pisteur. Extellion s'arrêta dans une ruelle en commença un peu à modifier sa tenue. Il rentra sa capuche à l'intérieur de sa tunique, sorti son keffieh et le passa autour de son cou, retroussa les manche de sa tunique jusqu'au haut des coudes pour laisser apparaitre l'armure composite sur ces avant bras, qui soit dit en passant donnait pour le coup plus l'impression d'accessoire de mode que d'armure. L'assassin sorti une paire de mitaines et se coiffa de cyber goggles. Il avait maintenant tout l'air d'un jeune en quête de soirée underground dans la sous ruche. C'était parfaitement l'effet recherché.

***
Il s'acquitta du droit d'entrée et pénétra dans l'atmosphère enfiévré de la boite de nuit. Impossible que le rat puisse le suivre ici. Il resta une heure dans la boite et consomma un verre avec une partie l'argent acquis dans la journée. Il se mêla aux danseurs s'agitant sur un air qu'il reconnaissait pour être dans les listes de son diffuseur. Puis il s'éclipsa discrètement de la piste et sorti par la porte de derrière. Voilà de quoi abandonner le rat. Il ne rentra pas chez lui cette nuit et alla dormir dans un squat de la ruche. Avant de s'endormir dans un coin seul il pris soin d'allumer son auspex.

Vigilance: +1
Espionnage/Sabotage: +2
Discrétion: +2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stara Sawrean
Citoyen
avatar

Messages : 491

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Mer 10 Aoû - 13:27

Idriss IV, Ruche Elphebas

"Rubin, c'est l'heure"
"Tout de suite Ilena, juste un instant."

Comme à son habitude, depuis qu'il avait élu domicile chez Milow et sa femme, Rubin participait à quelques tâches ménagères pour dans un premier temps, ne pas pénaliser non plus cette famille et dans un deuxième temps pour s'occuper. Il faut dire que depuis ce passage au bar, rien d'intéressant ne s'était produit. Au point même que Rubin pensait avoir payé un coup à boire à un alcoolique qui ne leur servirait jamais. Il s'attelait à ranger, à nettoyer de fond en comble le petit séjour que contenait l"Habs. Vivre à cinq dans une si petite pièce laissait des séquelles bien entendu.
Milow avait repris son travail de manutentionnaire, lui avait une famille à nourrir pensa Rubin. Le jeune homme aurait voulu l'accompagner mais c'était impossible. Il fallait rester discret, après tout, il ne disposait pas des papiers nécessaires pour un séjour de longue durée sur cette planète.

S'accordant une pause, Rubin passa un coup d'œil par les quelques fenêtres délabrés de l'habs. Une pluie toxique s'ablatait sur les quartiers habitables ou non d'ailler. Même de dedans, on s'apercevait l'air vicié et chargé en pollution s'abattre telle une brume verdâtre sur la ruche. Ilena qui avait fini sa part de labeur, du moins concernant le rangement et le nettoyage, se mît à préparer le repas. La petite horloge annonçait déjà l'heure du déjeuner.
"Dépêche toi de finir, Rubin. On a encore de pain sur la planche"
Rubin acquiesça, et tout en souriant finit de mettre la table.
C'est alors que Milow rentra. Ce dernier étant en sympathie avec le contremaître de son secteur, détenait quelques privilèges qui lui permettait, par exemple, de s'absenter une à deux heures par jour pour bénéficier du confort de manger chez lui. Cependant, quelque chose frappa immédiatement l'esprit de Rubin lorsque Milow les salua.

"Qu'est ce qui t'es arrivé ?"
"Comment ça ? Ah tu veux surement parler de ces bleus. Ce n'est rien, juste une mauvaise chute, le chariot antigrav que je poussais n'était pas si bien entretenu que ça."
"Allons, tu ne vas pas me faire avaler sa. Tu va pas me dire que ton chariot était si grand qu'il t'a aussi frappé au visage, cela en visant précisément ta paupière j'imagine ?"
Ilena semblait au bord des larmes. Milow qui commençait à balbutier, à hésiter dans ces mots finit de convaincre Rubin.
"Ilena laisse nous seul, je te prie" s'exclama Rubin. "J'ai a parlé avec mon si cher ami."
Sans se poser de question, Ilena s'exécuta. Elle savait pertinemment que Rubin ne prêchait pas ce qu'il était, et qu'il ne fallaitt pas rentrer en conflit direct avec lui.
"Bon, explique-moi ce qui s'est véritablement passé." dit Rubin en dévisageant du regard Milow.
"Très bien, très bien. Ça fait quelques mois que sa dure, bien avant que je te rencontre. Quelqu'un à découvert mon petit trafic avant toi, et a décidé de me faire chanter ... tout comme toi mais lui me demande de l'argent en plus."
"Et donc?"
"Comme à cause de toi, j'ai dû te trimballer dans toute la sous-ruche, je n'ai pas pu les payer. Et il me l'ont fait rappeler ce matin.."


Rubin écouta attentivement que lui disait Milow, apparemment, trois gangers étaient sur sa peau. Il devait payer pour chaque produits qu'il volait au Manufactorum, comme une taxe.
"Je ne peux rien pour toi, Milow. Tu le sait bien" conclut Rubin.
"Je n'attends rien de toi, à part de me laisser tranquille"
"Sur ce, je rejoins ma chambre." Rubin marqua un temps d'arrêt avant de reprendre. "Toutefois, un conseil. Arrête de sortir des banalités à ta femme, même-elle se rend compte que tu mens" dit Rubin d'un ton moqueur.


La chambre de Rubin n'était aménagée que d'une simple couchette et d'un petit bureau. Il avait interdit à quiconque de rentrer sans sa permission. Ces cohabs ne devaient pas mettre la main sur ces armes ni même sur son matériel assez spécifique. Il s'affala sur son lit, repensant au message du purgateur. Qu'attendait il pour le contacter ? Rubin réécouta une nouvelle fois le petit disque.
Je fais partie de l'Inquisition, qui ne demandent rien ni personne, j'exige, un point c'est tout. Comment une telle personne s'y prendrait t'il pour recruter un nouveau membre ? Les Ordos sont une élite, pensa finalement Rubin. Il faut bien entendu qu'ils nous testent pour se rendre compte de notre efficacité mais comme peut-il le faire sans nous rencontrer ?
Bien sure ! C'est de ma propre initiative que je dois me montrer digne ! Tous mes gestes doivent être expiés, que cela soit par le biais d'indics, de chérubins ou pire ... par sonde psychique. Il ne faut rejeter aucune théorie.


Alors que l'esprit de Rubin parvenait à ébullition, il entendit la porte de l'habs se fermer. C'était surement Milow qui partait. Jetant un regard au dehors, le temps s'était visiblement calmé. Rubin prit le temps de réfléchir. Il se leva, prit son pistolet-laser obtenue de manière peu recommandables certes, ainsi que quelques chargeurs mais aussi sa masse d'arme énergétique dernier souvenir légué par son Mentor Isaac. S'équipant de son respirateur et de deux, trois matériels du passé. Rubin rattrapa Milow qui s'apprêtait à prendre son camion.

"Je peux savoir ce que tu fous ?" demanda Milow, voyant Rubin monter coté passager.
"Je vais devoir rompre ma promesse" dit Rubin calmement. Voyant que Milow n'avait pas saisi toute l'essence de cette phrase, Rubin poursuivît : "Mes affaires ne sont pas terminées, OK . Mais je vais te rendre tout de même l'appareil.""Sa risque d'être dangereux, tu sais ?"
"Tu crois tout de même pas m'intimider, j'espère ? Car tu t'y prends très mal mais vraiment très mal." Le véhicule démarra dans un bruit sourd.


***

Rien ne s'était passé depuis plusieurs heures. Comme convenu, Rubin suivait à la trace Milow attendant le premier pas de ces agresseurs. Mais rien ne s'était produit. Le bruit infernale des machines, des chariots et des engueulades entres ouvriers pour une petite bousculade ou un mot de travers, mais sinon rien de rien. Il fallut attendre que Milow fut envoyé à l'inventaire pour que les gangers fassent leurs apparitions. Rubin s'était alors caché non loin du rayonnage où se trouvait Milow. Il n'avait pas aperçu les brutes autour de lui.

"Alors, alors ? On r'vient payer ces intérêts, j'imagine" dit un ganger coiffé à l'iroquoise, visiblement le moins abruti des trois.
"Ouais, ouais, allez dépêche, dépêche nous de la donner. Sale petit fumier, rat d'égout !"
"Du calme, Jenks. T'as pris ta dose aujourd'hui ?"
"Gné, et Toi, Mika, sa fait combien temps que t'as pas vu une femme, un ? Un ?"
"Vos gueules ! On est là pour dépouiller ce bâtard ..."

Milow semblait déconcerté.
"Je n'ai rien, je vous le jure. Ma paye n'a pas encore était versée et je ..."
Un coup poing terrifiant dirigé vers son estomac le coupa net dan sa discussion. Bien que Milow était bien bâti après ces années de travail manuelle, la force décuplée par les drogues de combat du ganger était simplement terrifiante. Milow, à terre, et recroquevillé sur lui-même, fut pris à parti par les trois gangers.

Rubin arma son pistolet-laser, tendit son bras et visa le plus proche ganger. Celui qui semblait le plus dingue des trois. Il n'avait pas l'habitude de combattre. Ces proies lui étaient plus souvent amenés désarmés et inconscientes mais si il voulait survivre au sein de l'Inquisition et cela, il le savait, il devait devenir plus fort. Il tira une fois, puis une deuxième, et encore une troisième avant que le gangers réagissent à cet invité surprise.
Jenks qui se savait visé, se mit face à Rubin avant de s'esclaffer devant ce dernier : "Alors, mon ... mon ... gars. On sait pas tirer. Gniark ..." Le quatrième tir effacèrent ce souris arrogant de son visage. Le deuxième ganger qui n'avait pas appréciés la mort de son ami, fonça sur Rubin, hurlant de rage, armée d'une hache quelque peu inhabituelle, puisqu'elle était faite maison apparemment.
Rubin n'eut aucune hésitation à vider tout son chargeur jusqu'à épuisement sur la brute qui lui couraît après. Finalement, ce dernier s'affaisa avant même d'atteindre son but, touchés par plusieurs endroits.
Rubin s'avança jusqu'à son corps troué et voyant que la vie ne l'avait pas quitté, prononça : "Par l'Empereur, je t'envoie à une vie meilleure!" Et la masse d'arme accomplit son œuvre, fracassant le crane du ganger.

Mika était horrifié . Comment cette jeune fiotte avait il réussit à vaincre ces camarades ? D'un caractère peu courageux, Mika prit la fuite laissant milow dans un piètre état.
Sans s'arrêter auprès de celui-ci, Rubin courra après le ganger à l'iroquoise. Il voulut tirer avec son pistolet-laser mais il n'avait pas prit le temps de recharger. Et le temps de le faire le ganger se serait échapper dans les tréfonds de la sous-ruche. Priant pour une bénédiction de l'Empereur, Rubin leva sa masse d'arme avant de la lançait dans le dos du fuyard. La masse énergétique, emportée par une vitesse incroyable, percuta la brute qui s'écroula sous le choc. Rubin arrivant près de Mika, récupéra sa masse, et donna un ultime coup de poing au ganger pour le faire chavirer dans les bras de Morphée.

Trainant le corps de Mika, Rubin aida l'ouvrier à se relever.
"Sa va aller, j'espère ?"
Milow laissa échapper un filet de sang. Ivre de rage, il frappa plusieurs fois, par une pluie de coups pieds, le corps étendue du ganger. Cependant Rubin l'arrêta.
"Arrête, je t'ai dis d'arrêter. On a encore besoin de lui."
"Vraiment ? Pourtant ces acolytes sont morts. Il ne reste que ce rat d'égouts à buter." Pour accompagner ces paroles, Milow cracha sur le visage de Mika.
"Tu crois vraiment que trois abrutis finis comme eux monteraient une entreprise de Racket ?"
"Eh Ben ?"
répondit avec un air perplexe Milow.
"Comme tu me l'as dit la dernière fois, ils te sont tombés dessus sans aucune raison, savant déjà que tu faisais de la contrebande. Il y'a un cerveau derrière tout sa, et je vais le découvrir."
Peu à peu les bruits de la fusillade s'était entendues. Plusieurs ouvriers allaient empester cet entrepôt.
"T'as pas un coin tranquille près d'ici ?"
"Il y'a bien une ancien stock de produits toxiques complétement désaffecté."
"Aide-moi à porter le corps, on y va."



***

Mika reprit peu à peu connaissance, son corps lui faisait souffrir. Ou était il ? Il souhaita bouger mais ces mains étaient solidement attachées dans son dos, et son corps était lui-même reliés à une longue chaine de fer. Il était suspendu au dessus d'un bassin visqueux qui ne lui inspirait pas confiance.
"Tu avait raison, Milow. Ce Coin est vraiment tranquille."
"J'ai des idées parfois .."
"Descends-le, je te prie."

Mika sentit la chaine se détachait un peu. Il se retrouva nez à nez avec ce jeune homme qui avait fait échouer son opération.
"Je vais te le demander qu'une seule et unique fois : Qui t'emploie ? Et Pourquoi ?"
Le ganger lui cracha au visage.
"Détache-moi et je serais peut-être clément, enfoiré !"
"J'ai déjà vu sa quelque part ... Laisse moi te présenter quelques arguments."

Faisant un pas sur le coté, Rubin présenta à Mika des instruments posé sur une ancienne table délabrée.
"Écoute, réponds moi, et je te promets une mort rapide. Ne va pas croire que tu vas ressortir vivant de tout ceci."
"Tu me fais pas peur lopette. J'ai affronter des rats bien plus féroces que toi."
"Décidément ..."

Rubin prit une seringue contenant un liquide bleuté et l'administra dans le cou du ganger. Celui-ci émit un rictus de douleurs au moment de la piqure mais ce dernier semblait bien plus résistant que la vermine habituelle.
"Je t'ai inséré un produit qui avait accéléré ta sensibilité à la douleur ... En pire, bien sûre. Je ne vais pas te ménager, comme tu le conçois, je pense."
Rubin prit un écorcheur, une lame assez petite mais au combien tranchante. Il fit une grande incision sur le torse du ganger qui hurla alors de douleur.
"Enfoiré ! J'aurais ta peau , je te le promets.""De nous deux, je crois que c'est moi qui vais avoir ta peau" dit Rubin en souriant.
Rubin réappliqua une coupure mais dans l'autre sens, de manière à faire un X sur le corps du ganger.
"Je ne parlerais jamais !"
Rubin s'arma alors d'un crocodile, tel qu'on le nommait chez les confesseur. Son attirail d'interrogation provenant de cet ordre. Le crocodile était à l'image de l'animal, des dents effilés et pointues ... Chauffés à l'aide de cellule énergétique. La morsure était affreusement douloureuse, et laissa d'incroyables marques.
"Je te laisse une dernière chance."
"Crève !"
Le crocodile arracha un morceau du torse de Mika. Celui-ci sembla hurler toute la rage et la douleur qu'il connaissait depuis son enfance.
"Par L'Empereur, tu es pire que moi. Tu n'es qu'un chien, un sadique ! Tu ne mérite même pas son pardon."
Sous ces mots, Rubin lâcha le crocodile. Commençant à enlever sa tunique noire et son armure carapace de même couleur pour se retrouver torse nue. Rubin se mit de dos et présenta l'immense tatouage de l'Empereur sur son dos.
Tout en se retournant rapidement, Rubin attrapa par le cou le ganger.
"Tu ne peux dire Son prénom dans ta misérable bouche, vermine ! Tu es bien plus bas que terre que n'importe qui et de Lui surtout L'Empereur, tu le dois ton salut ! Tu aurais mieux fais de prier Son Nom à la place de maltraiter ces serviteurs zélés ... L'Empereur est bien évidemment immense et puissant. Je ne veux pas me faire plus prétentieux mais je vais l'aider en ce jour. Je vais me débarrasser de toi, de ta présence purulente !

Rubin recula d'un pas. Ces yeux marrons brillaient encore. Ce porc L'avait insulté.
Il fit signe à Milow de détendre la chaine qui tenait son prisonnier. Peu à peu, les orteils de Mika rencontra le bassin toxique. Et ces orteils furent peu à peu rongés. Mika se débattait, essayant d'échapper à la douleur renforcés par la drogue qui était en lui. Rubin qui savait autant manier la torture physique que psychologique commença à parler :
"Repends-toi, tu le peux. Tes amis, Ta famille, et même le Sacro-saint Empereur peuvent pardonner tes Méfaits. Confesse-toi, confesse-toi ! Je t'en supplie !"
Mika qui pleuraient déjà abondamment hurla : "Je ne connais pas son nom! Je vous le jure !"Qui est-ce alors ?'
'Il tient un bar dans la sous-ruche. "L'Empereur Bonifiant". J'ai tout dit, laissez moi."
Rubin satisfait de cette réponse fit remonter Mika et demanda à Milow de l'amener près de lui.

"C'est lui alors ... Depuis le début, il m'a menti, et à profité de moi ..."
"Il pouvait vendre les produits que tu lui amenés, tout en récupérant l'argent qu'il dépensait pour l'obtenir. Double bénéfice."

Le ganger, était affalé entre les deux hommes. Dans un dernier espoir de survie, de rage et quels autres motivations. Il se releva et courra vers la plus proche sortie. Souffrant entre chaque pas, ralentissant sa course. Rubin n'eut aucun mal à viser le ganger de son pistolet. Le tir perfora le poumon de Mika qui mourut dans un dernier râle de souffrance.

"Bon," reprit Rubin " Tu veux de l'aide concernant le patron ?"
"Non, merci. Je vais me débrouiller seul à présent. Ce sont mes affaires ... et tu n'es pas un ami de la famille je te rappelle."
Rubin afficha comme toujours un sourire.
"Au moins, tu n'aura pas les réaffronter ceux-là"
"C'est bien vrai ... Je pense que nous devrions partir."
"Décidément, tu n'es toujours pas plus vif. Nous devons supprimer les preuves. Restons discret. Jette la chaine et la corde dans le bassin, le temps que je reprenne mes affaires."
"Et pour le corps ?"
" Même sanction, je vais t'aider à le porter."


La journée se terminait sur le monde d'Idriss IV. Encore des morts parcouraient les rues de ce monde bouffi par la dure vie qu'on proposait aux habitants. Rubin, sur le chemin du retour, pensa que ce qu'il avait fait aujourd'hui serait amplement suffisant comme premier argument ...

Rudesse: +2
Intimidation: +1
Cruauté: +1


Dernière édition par crion93 le Ven 9 Déc - 15:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malatesta
Citoyen
avatar

Messages : 231

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Mer 10 Aoû - 17:40

Idriss IV, Ruche Elphebas

Depuis cette nuit où il avait réglé le petit problème avec Varic, Colm Darek faisait profil bas, autant pour ne plus avoir à faire au baron du crime que parce que sa petite "sauterie" avait attiré l'attention de l'Arbites qui s'était mis à fouiner dans le quartier. Ne sortant qu'à la nuit tombée, il évitait les lieux bondés et restait en permanence sur ses gardes, tournant régulièrement en rond, s'assurant de ne pas être suivi ; c'est alors qu'il les vit : trois types, deux mecs et une femme, qui s'évertuaient à le filer, Lui seul savait depuis combien de temps.
Putain ils sont bons ceux-là ! fut la première pensée qui lui vint à l'esprit en voyant leur habileté à changer de place sans jamais le perdre.

Sentant la masse rassurante de ses deux pistolets le long de ses côtes, il entreprit de continuer d'avancer comme s'il de rien n'était, contrôlant le moindre mouvement de son corps alors que son esprit bouillonnait à l'intérieur de la moindre parcelle de lui. Etaient-ils des sbires de Varic, des informateurs de l'Arbites, une bande de connards qui n'attendaient qu'un faux pas pour lui fondre dessus ? Et si ... Si cet Inquisiteur, dont il n'avait même pas encore vu la couleur, l'avait en fait piégé, l'amenant sur cette planète pourrie pour un quelconque test à la con, peut-être qu'il s'était dit quelque part au fond de son esprit détraqué que ce serait marrant de le voir se débattre dans cet enfer de crasse, de puanteur et de ciel ...

Faut que je me débarasse de ces gêneurs, ils vont finir par me faire des misères se dit-il en tournant un coin.
Entrant dans le bar miteux où il avait pris ses habitude depuis une dizaine de jours, il fit un signe de tête au patron en se dirigeant vers l'arrière-salle et salua au passage bruyamment plusieurs habitués qui l'avaient facilement acceptés, jetant du même coup un oeil aux abrutis qui le talonnaient. Apparemment, ils s'étaient fait une raison quant à ce poivrot, et avaient jugé, au vu de la manière dont il avait titubé après s'être enfilé un verre au comptoir, qu'un seul d'entre eux serait suffisant pour veiller sur lui.
Grave erreur bande de nuls ne put-il s'empêcher de jubiler intérieurement en bénissant son expérience de la biture qui rendait sa représentation convaincante.
Vous allez moins rire d'ici quelques minutes ...

Assuré de l'état pitoyable de Darek, l'autre semblait le suivre de près, ce qui ne rendrait les choses que plus faciles. Se levant de table, Darek se dirigea vers les toilettes d'un pas mal assuré ; une fois à l'intérieur, il attendit quelques secondes pour s'assurer que l'autre l'avait suivi, voyant son ombre se découper dans le rai de lumière sous la porte. Alors, il entreprit d'ouvrir la fenêtre de la pièce qui donnait sur l'impasse derrière l'établissement, puis brisa la vitre en prenant soin de faire le maximum de bruit. Comme une naïve collégienne de la Schola même pas encore dépucelée, l'autre se rua dans la pièce en interprétant le bruit comme une tentative de fuite. La première chose qu'il vit fut le grand manteau que Darek avait accroché au chambranle de la fenêtre ; se retournant sur une intuition, il eut à peine le temps de comprendre qu'il s'était fait avoir avant que le tranchant de la main de Darek ne s'abatte sur sa gorge, l'empêchant de parler. Enchaînant directement avec une frappe aux oreilles, avant d'enfoncer d'un coup de coude le plexus de son adversaire sonné, Darek lui posa directement une clé pour l'amener à terre, et s'empara ensuite de son vox qu'il débrancha.

"Je suis pas d'humeur joueuse, alors je vais te donner un unique conseil", dit Darek à l'escogriffe qu'il avait alpagué. "T'as intérêt à me dire pour qui tu bosses avant que tes petits copains rappliquent et que je doive passer aux choses sérieuses ..." continua-t'il en dégainant ses pistolets et lui intimant de se mettre devant la porte. "Comme tout le monde, j'aime pas qu'on me file le derche, sauf peut-être après quelques verres, mais là n'est pas la question ! Pourquoi je te raconte ça maintenant ? Enfin bref, j'ai pas envie d'être méchant, mais c'est pas le moment de jouer avec mes pieds. Tu veux quand même essayer ?"


Rudesse: +2
Combat CC: +1
Intimidation: +1


Dernière édition par Princeps Cosimo Malatesta le Jeu 11 Aoû - 6:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rulfr
Citoyen
avatar

Messages : 886

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Mer 10 Aoû - 19:18

IDRISS IV
RUCHE ELPHEBAS


"Reste concentré soldat, tu est dans un exercice de tir et ce que tu apprend maintenant te sauveras peut-être la vie plus tard !"
"A vos ordres sergent."


"Tous des amateurs." pensa Eoghan en voyant cette équipe de bras cassés jouer au petit soldat.

"Les soldats de la Garde Imperiale, lorsqu'ils combattent aux côtés des FDP pensent qu'ils sont plus une gêne qu'autre chose. Ne leur donner jamais l'occasion de confirmer leur préjugés. Vous êtes les premiers à combattre, toujours les premiers et la Garde ne se ramène que si çà pue trop ! Une invasion hérétique ou xénos et vous êtes les premiers à utiliser une arme pour défendre votre planète ! Si devez vous entrainer deux fois plus pour être au niveau d'un Garde, entrainez vous trois fois plus et dépassez leurs niveaux !"

L'adjudant Kelea était vraiment agréablement surprise par le sérieux que dégageait Eoghan et par là même tous ses soldats. "On devrait peut-être le garder comme instructeur." pensa la numéro deux des FDP de la ruche Elphebas.

Comme s'il sentait un regard sur ces épaules, il se retourna pour voir l'adjudant l'observer.
"T'as beau résister, vas quand même falloir que tu passes dans mon plumard ma belle."
"Reste concentrer Eoghan, retourne à ta mission."


"C'est comme çà que t'as appris à tirer toi ? Je pense pas ! Alors applique toi et repense aux bases du tir : on analyse l'objectif, si c'est bien un ennemi on vise soigneusement en retenant sa respiration puis on appuis doucement sur la détente pour éviter de tirer sur ses potes."
"Oui Monsieur!"
"M'appelles pas Monsieur, je suis pas un putain de gratte-papier d'officier ! Appelles moi sergent !"
"A vos ordres Mons.... sergent
."

"De vrai amateurs" marmonna Eoghan dans sa barbe de quelques jours.

"Après on passe à l'entrainement à la baïonnette. Toi là bas va me chercher une baïonnette à l'armurerie, j'ai pas la mienne avec moi." Sa baïonnette était en fait dans la chambre de la fille du chef de corps des FDP de Sidh, cadeau d'adieu lorsque le boss avait commencé à enquêter sur les "fréquentations" de sa fille.

+++
Deux heures après

Rangeant la baïonnette "empruntée" dans son sac, Eoghan alla "emprunter", "décidément ils surveillent rien ici", une bouteille d'amasec aux mess des officiers et se présenta devant le bureau de l'adjudant Kelea. "Plus tu résistes, plus çà me donne envie de t'avoir poupée."
Il frappa à la porte attendit quelques secondes avant d'entendre " Entrez !"

"Ah sergent asseyez-vous."
"M'appelez pas comme çà, vous savez que c'était pour donner le change devant les hommes."
"D'accord monsieur Cairnech ..."
"Appelez moi Eoghan voyons."
"Vous avez fait du bon boulot à l'entrainement monsieur Cairnech, les hommes étaient tellement fier après votre discours sur la valeur des FDP , qu'ils ont décidés de vous faire un petit cadeau. Tenez, un pistolet d'appoint."
"Oh merci, vous les remercierez pour moi je vous prie. Et vous accepteriez peut être de diner avec moi pour me récompenser aussi ?"
"Je ne penses pas vous avez l'air de quelqu'un qui attires un peu trop l'attention."
"Pardon ?"
"Mes hommes ont repérés des silhouettes qui vous suivaient comme votre ombres."
"La vache, j'avais même pas remarqué mais bon c'est vrai que c'est pas trop ma spécialité, je préfère l'action franche."
"Dites-moi qui peuvent être ces hommes ?"
"Heu ... bonne question. çà a certainement à voir avec la raison de ma venue sur votre planète. Raison qui nous a permis de rencontrer n'est ce pas
."
Ignorant cette dernière réplique, elle répondit :
"D'ailleurs qu'elle est cette raison ?"
"Et bien comment dire ... je ne sais pas si je peux vous le dire. Dinez avec moi et je vous explique tout
."

Morale: -1
Vigilance: -2
Sociabilité: +2
Charisme: +1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscuraelibrarium.forumgratuit.org/
Valakhan
Citoyen
avatar

Messages : 44

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Mer 10 Aoû - 20:09

Idriss IV, ruche Elphebas, Docks

Au premier coup d'oeil, on n'aurait rien dit d'autre qu'un tas de détritus, ou un cadavre. Cela faisait deux jours qu'Irwan trainait dans les docks comme une épave, tenant désespérément d'échapper à ses démons intérieurs. Comment tou cela avait-il commencé déjà? Il n'y avait eu que deux jours, mais cela lui semblait une éternité.

Gonzaliz était venu le chercher. Une affaire très intéressante, qu'il avait dit....

Idriss IV, ruche Elphebas, demux jours plus tôt

-L'Empereur soit loué, qu'est-ce que c'est que cette abomination?
Irwan ne put retenir un haut le coeur à la vision qui s'offrait à lui. Une petite salle dans une cave reculée, délabrée et miteuse comme il y en a tant. Mais ce qui avait provoqué le dégoût du légiste, c'était le sang répandu par terre et le cadavre étalé sur un autel en pierre. Trop de sang pour appartenir à une seule personne, ni meme à une dizaine; et un cadavre profané, une dague sortant de sa poitrine et des symboles impies recouvrant son corps, gravés dans sa chair. Une odeur suave et âcre en même temps flottait dans l'air
A côté de lui, Gonzaliz sourit légèrement et avança pour le tapoter sur l'épaule.
-Je vous avais bien dit qu'il s'agirait d'une affaire intéressante. Mes experts ont déjà retiré les quinze autres corps, mais j'ai pensé que vous préféreriez examiné celui-ci sur place, dit le commandant en désignant les marques rouges au sol. Allez-y, faites nous des miracles!

Irwan le regarda distraitement et avança à travers la pièce vers l'autel placé contre le mur du fond. Le cadavre exerçait une sorte de fascination surnaturelle sur lui. Derrière lui, il ne remarqua pas le regard étrange que lui lança son coéquipier ainsi que son sourire carnassier. Le légiste s'agenouilla auprès du corps mutilé. Il lui semblait rire et se moquer de lui, comme ressorti des ténèbres de la mort afin de le narguer. L'ôeur flottant dans la pièce lui emplissait les narines et lui montait à la tête, la faisant tourner. Il avança la main pour toucher les symboles hérétiques recouvrant la malheureuse victime, dont le visage semblait figé en un orgasme morbide. Lorsque sa paume rentra en contact avec la cicatrice sanguinolente, un éclair jaillit dans sa tête, assorti d'une douleur aigue. Il s'effondra par terre en se convulsant, tandis qu'une voix jaillissait dans sa tête, et qu'une sensation de doigts crochus crochus fouillant les moindres recoins de son esprit s'imposa à lui. La douleur semblait insoutenable et à chaque instant Irwan avait l'impression que les doigts crochus s'emparaient de tous les aspects de sa vie, surtout les plus sombres. La voix susurrait dans son esprit, lui suggérant de choses innommables, alors qu'un mot ressortait de manière régulière.
"Slaanesh! Slaanesh! Slaanesh!"
Rassemblant toute ses forces encore disponible, le Tanith reprit peu à peu e contrôle de son esprit, se battant sans cesse contre la présence étrangère. Il réussit enfin à faire refluer la douleur et les doigts crochus, tandis que la voix, auparavant hurlant dans son esprit était réduite à un murmure.

Il se retrouvait couché contre le sol, la joue en contact avec le sol ensanglanté. Autour de lui, Gonzaliz et ses subordonné l'observaient avec une lueur indéfinie dans les yeux. Ils eurent une petite moue alors que le médic se relevait difficilement en s'appuyant contre l'autel. Encore tout tremblant, il tenta de parler clairement à ses camarades, mais seul un gargouillement incompréhensible sortit de sa bouche. Le commandant devança sa quaestio et y répondit machinalement, semblant presque contrarié de ce qu'il voyait.
-Vous avez eu un malaise, docteur, avança-t-il avec une moue de dépit. Voulez-vous que je fasse transférer le corps à la morgue afin que vous puissiez l'examiner?
Irwan hocha la tête, frissonnant à l'idée de devoir rester quelques instant de plus dans cet endroit de malheur.

Quelques heures plus tard, dans la morgue du commissariat, le Tanith se tenait seul face au corps, alors que le murmure de la voix s'amplifiait de façon significative. Elle avait cessé de lui sussurer des choses immorales, elle se contentait désormais de répéter ce mot, Slaanesh. Mettant de côté la gêne que cela lui inspirait, Irwan se concentra sur ses récentes découvertes inexpliquées. Sur ce cadavre, le système nerveux semblait inexplicablement lié au centre du plaisir. Comment et pourquoi, il ne se l'expliquait pas, mais les fait étaient là. L'examen toxicologique avait relevé la présence d'une drogue inconnue dans son sang, probablement d'origine xenos. Incapable de donner un sens à tout cela, Irwan se décida à aller voir le commandant, malgré son comportement étrange depuis le matin. En chemin, à chaque pas, la voix semblait s'intensifier dans son esprit. Tout son sens de la concentration était dirigée dans le fait de la combattre et de la repousser.

Lorsqu'il entra dans le bureau de Gonzaliz, le commandant se tenaitnu, le crâne rasé devant la fenêtre, tournant le dos à l'entrée. Pris d'un soudain pressentiment, Irwan nota les marques de scarifications qui parsemaient e dos de son interlocuteur avant qu'il ne se retourne et ne montre un visage méconnaissable. Les lignes de cicatrices sanguinolentes déformaient un visage également tordu par un sourire animal dont toutes les dents étaient taillées en pointe. D'un bond surnaturel, l'ancien serveur de l'Impérium se jeta sur le légiste, tentant de le mordre au cou et de lui arracher la gorge, tout en hurlant des inepties dans un langage qui écorchait les oreilles d'Irwan. Entre deux borborygme, en tentant désespérément d'tteindre son arme dans son holster, le Tanith parvint à comprendre ce que le commandant hurlait.
-Le Seigneur des Plaisirs t'as accueilli en son sein, et tu as refusé son offre si généreuse! Tu le servira malgré tout dan...
La cervelle de Gonzaliz se retouva étalée au plafond alors qu'Iran avait enfin réussi à dégainer son arme et à abattre on agresseur. La voix hurlait désormais dans sa tête, demandant tout ses efforts pour ne pas la laisser reprendre le contrôle.

Le légiste s'était alors enfui, désespéré et perdu, résistant tant bien que mal à ce qui lui arrivait. Il dépensa tout son argent dans des bars mal famés afin d'obtenir de l'alcool fort et de la drogue, pour tenter de faire refluer la voix. Voilà deux jours qu'il traînait comme une épave, engageant toutes ses forces dans son combat contre ce qui voulait le posséder. Il se concentrait sur l'image de l'Empereur-Dieu vainqueur sur les forces du mal, ce qui semblait faire reculer ses démons intérieurs, mais dès que ses pensées vagabondaient, ils revenaient. L'Empereur était devenu son seul répit, ne pouvant meme pas s'occtroire un sommeil dangereux. Meme les rats des docks, ces créatures pouilleuses et décharnées grimaçaient de dégoût en voyant à quel point il en était réduit. L'Empereur le protégeait, l'Empereur écartait les ténèbres et lui montrait la voie, loué soit-il. Irwan priait pour la délivrance, peu importait la forme sous laquelle elle se présenterait, il voulait être débarrassé du monstre qui rôdait en lui...


Psychose: +5
Peur: +5
Moral: -5
Foi: +5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kais Kauyon
Tau
avatar

Messages : 612

Feuille de personnage
EXP:
0/200000  (0/200000)
Affinité Psychique:
0/16000  (0/16000)
Inventaire porté:

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Jeu 11 Aoû - 10:03

Idriss IV, Elphebas

Il était seul, la pluie tombait drue, sans discontinuer inondant la ruelle, le caniveau évacuant les detritus et quelques cadavres de rats dans les profondeurs.
Plutôt interloqué sur le coup puis aux aguets tournant la tête dans tout les sens, il ne comprenait pas et ce cretin de clebard qui restait planté là, assis sur ses fesses à attendre qu'il gèle.
Cyrus avait perdu la trace, son espion avait disparu ou alors c'était un pro.
L'ex-Arbites siffla dans ses dents et leva les yeux au ciel maudissant ce foutu temps, la pluie acide chauffant son visage blème.
-Allez viens mon gars, j'ai trouvé où crèche Walter..
Il tourna les talons quittant la ruelle désertée, laissant plus loin 3 corps inanimés au visages boursouflés par les coups d'augmentiques.

Walter, un Arbites comme lui, ils se sont rencontrés sur les bancs de l'académie, le jour et la nuit. L'un était froid et reservé, droit comme la justice qu'il servait, l'autre était fantasque, bavard et n'hésitait pas à s'écarter du "droit chemin" pour se servir au passage. C'est ce dernier point qui avait fini par les séparer, pas volontairement non, mais quand on s'amuse à court-circuiter un traffic d'Obscura d'un dealer influent, on fait pas de vieux os. Walter l'avait compris bien assez tôt et avait choisi pile le bon moment pour mettre les voiles et se faire muter tréééés loin.
Angmar savait trés bien que ce vice ne le quitterait pas comme ça et interroger des petites frappes pour savoir où se trouve Walter n'était pas difficile, tout le monde dans ce milieu finirait par le connaitre.
Pas manqué.

Le district 57, l'un des plus miteux de la ruche. Angmar n'aurait jamais cru que cela puisse exister. Une rue principale bordée de part et d'autre de tripots, de prostituée, des bruits de verts et des cris de desespoir, d'ivrognes..ou d'agonie. Bienvenue à Hellion, ca portait bien son petit surnom.
Enfonçant ses mains dans son long manteau, Therindor commencait à ressentir le froid de la pluie qui après 3h d'averses intenses avait enfin décidée de s'arrêter. Même si le gaillard avait une bonne corpulence, la fatigue accumulée commençait à se faire ressentir, il fallait trouver l'habs de Walter au plus vite.
Une scène l'avait pour le moins surpris au détour du chemin qu'il empruntait vers sa destination, deux membres de la police généreusement "arrosés" de couronne, certainement par un mafieux local. Comment voulez vous que l'Empire ne sombre pas quand on voit la gangrène qui le ronge de l’intérieur. Il secoua la tête, retenant bien les visages, il s'occuperait de ça plus tard, voler des truands n'était pas vraiment du vol au final.

Des coups tonnaient sur la porte métallique du logement de Walter, cette dernière finit par s'ouvrir et derrière se tenait une jeune femme brune au teint mat et d'immenses yeux verts.
-Que voulez vous?
-Je cherche Walter Khozan, Arbites Bellatores, je suis un de ses collègues.
-Il n'est pas présentable pour le moment monsieur
-Anna!! qui c'est?? laisses le entrer! fit une voix enrouée à l'autre bout de l'habitation.
Un peu à contre-coeur, la dénommée Anna le laissa entrer, Angmar se découvrit immédiatement, rejetant sa capuche en arrière et enlevant le masque a gaz qui lui couvrait le visage.
Elle l'invita à le suivre dans la pièce adjacente et le spectacle que vit Therindor le laissa pantois.
Dans un lit miteux se tenait un corps frêle, émacié et amaigri, de nombreuse cicatrices le parcourant. Son visage creuse était bandé, couvrant l'oeil gauche.
-Angmar? que fais-tu dans ce trou a rat mon ami?
La voix lasse était emplie de joie.
-Et toi vieux bavard, que fais tu dans ce lit? dans quel état je te retrouve?
-Ce fichu monde à eu ma peau, aussi bien l'atmosphère que la vie que j'y ai mené. Je suis puni pour mes crimes et ma déloyauté envers l'Empereur, tout simplement. Mais ne t'apitoie pas sur mon sort, je le mérite et l'accepte pleinement. Qu'est ce que tu veux?
-Je viens d'arriver, je voulais te demander du travail grace a tes contacts et aussi loger ici le temps que je reparte.

Angmar expliqua son histoire, de sa démission jusqu'a son arrivée dans la cité ruche. Son ami lui sourit et lui donna quelques adresses qu'il put rejoindre dés le lendemain. On allait avoir besoin de ses services comme il s'y attendait dans ce genre d'endroit, faire regler des dettes impayées, éliminer des gens un peu trop bavards et une belle somme de couronne à la clé.
Et puis il n'avait pas tardé à retrouver les deux ripoux de la dernière fois, au même endroit qui s'adonnait visiblement au racket..dommage, ils ont racketté la mauvaise personne.

Sociabilité: +1

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tarchanswar.com/
Turielo
Administration (Maître de Jeu)
avatar

Messages : 2052

Feuille de personnage
EXP:
200000/200000  (200000/200000)
Affinité Psychique:
16000/16000  (16000/16000)
Inventaire porté:

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Jeu 11 Aoû - 15:47

IDRISS IV:

Le Capitaine Janius se leva tôt afin de recevoir le rapport de ses agents.
Rien d'extraordinaire, les candidats poursuivaient leur chemin chacun de leur côté.
Il reçut néanmoins un rapport concernant Colm Darek, aux prises avec des individus inconnus. Les agents affectés à sa surveillance, toujours non détectés par le candidat, surveillaient la scène depuis un bloc d'habs voisin, et demandèrent leurs instructions.
Janius suivit le protocole du Purgateur, leur sommant de ne pas intervenir, même si Darek se mettait dans une situation périlleuse, voire mortelle. Cela faisait après tout partie du test...

Le Capitaine demanda un rapport général d'ici une heure standard pour pouvoir suivre efficacement la progression de chacun des candidats.

Le médic avait disparu, et les agents affectés à sa surveillance peinaient à le retrouver. Des rumeurs alentours affirmaient que le département Arbites dans lequel il s'était récemment engagé avait été décimé par une force inconnue, et que la scène de crime présentait des traces d'un culte chaotique flagrant. Janius fut soudain nerveux à l'idée que si tôt, un candidat puisse être confronté aux Forces de la Ruine... Cela allait être signalé dans son prochain rapport au Purgateur.

Les autres se débrouillaient plutôt bien, malgré leurs différences de personnalités notoires.
L'assassin en particulier faisait preuve d'une grande capacité à brouiller les pistes, et avait échappé durant quelques heures aux agents qui le surveillait et à leurs cyber rats.

Mais beaucoup des candidats étaient suivis à présent par d'autres personnes, et plus seulement par les agents de Janius.
Qui d'autre les surveillait? Janius somma les agents à être encore plus vigilants qu'à l'accoutumée.

Le libre marchand quitta alors son bureau et se dirigea vers le pont. Son vaisseau était toujours ancré au dessus d'Idriss IV sous un faux nom et placé dans une location tenue secrète par les autorités Inquisitoriales locales, sur requête du Purgateur.
Il approcha de son lieutenant.
"Combien de temps nous reste-t-il? demanda-t-il.
-Quarante huit heures avant l'établissement du premier contact. répondit son lieutenant. Selon les indications du Purgateur Turielo, nous sommes censés les faire se rencontrer par un moyen ou par un autre. Je suggère de profiter de la situation présente, à propos de certains personnages s'intéressant un peu de trop près au candidats...
-Une fausse piste? comprit Janius.
-Exactement. Cela me semble aisé à mettre en place... les FDP locaux et l'Arbites peuvent nous aider. Il suffirait de prendre un gang au hasard ou toute autre organisation suspecte, de relier les preuves à eux et de déterminer un point commun, où les candidats convergeront. Après cela, il sera facile de simuler une pseudo base de cette soi disant organisation pour qu'ils s'y retrouvent et rentre en contact entre eux.
-Intéressant. Et après cela nous aurons encore deux ou trois jours pour observer leur façon d'interagir entre eux. Après cela, nous évaluerons la situation, et nous rentrerons à notre tour en contact avec eux, avant d'entamer en leur compagnie le transit vers Obscurae.
-Et au sujet des personnes réelles qui les surveillent en même temps que nous? demanda le Lieutenant.
-Cela m'étonnerai qu'il y ai un lien... Je pense plutôt à des cas isolés. Les étrangers ou nouveaux venus sont souvent pris à partie par les gangs locaux. Utilisons les en tant que leurre, et lorsque nous n'en aurons plus besoin, ou qi ils deviennent trop gênants, nous les liquiderons en toute discrétion. D'ici là, surveillez les étroitement, et lancez quelques agents sur leur traces pour savoir de qui ou de quoi il s'agit.
-Concernant cette affaire de corruption chez l'Arbites du secteur où se trouve le médic?
-Pas notre problème. L'Inquisition locale et les FDP viennent de prendre l'affaire en main. Ils sont au courant pour le médic, et n'engageront aucune hostilité à son égard, sauf si notre leurre l'exige."

Le Lieutenant hocha la tête et contacta différents agents pour les répartir selon leurs nouveaux objectifs.
La discrétion était toujours de mise, mais Janius n'avait jamais été déçu par ses agents, qui jamais n'avaient fait d'erreur ou de faux pas. Ils n'était pas seulement là à observer dans l'ombre...
Ils étaient l'ombre.


_________________
"Personne ne peut plaider non-coupable dans cette cour ! Cela entraînerait de toutes façons la perte de mon précieux temps comme chef d'accusation. Coupable!"
                                                                     
 __ Inquisiteur Karamazov
+++ Burn the Heretic! +++

+++ Purge the Unclean! +++
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscuraelibrarium.forumgratuit.org
-- iMO --
Citoyen
avatar

Messages : 447

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Ven 12 Aoû - 18:54

Extellion fut rentré à son appartement avant le levé du soleil. Il était torse nu au centre de la pièce, son auspex en mode détection posé sur la table. De sa main droite il parcourait les centaines de lignes blêmes sur son torse et ses bras, s'attardant sur celles plus rouges de son avant-bras. Il commença ses exercices d'échauffement physiques et mentaux et entama une nouvelle séance d'entrainement tout en réfléchissant aux récents évènements. Quelque chose ne coller pas. Il était un assassin. Plutôt doué apparemment. Il débarrassait l'Imperium d'immondes crapules, chefs Arbites corrompus, caïds du crime organisé et parfois même quelques gourou de sectes. Tout ça en Son nom et aux services de Ses serviteurs. Pourtant tout le monde sait que l'Inquisition dispose de moyen impressionnant pour lutter contre des menaces dites pour être les plus grandes qui soient. Alors par le Trône pourquoi avaient-ils besoin d'un putain d'assassin comme lui ? Cette mission ne va pas ressembler aux contrats habituels, ça c'est sûr... Extellion termina son entrainement par une prière pour l'Empereur-Dieu de l'Humanité et décida de réécouter le message de l'Inquisiteur.

« Si vous êtes contacté, c'est vous répondez aux critères exigés par ma prochaine enquête...
Une enquête ça se fait pas avec un assassin. Ou alors pas seulement.
« Néanmoins, afin de m'assurer de votre pleine coopération et de votre motivation, je vous demanderai de bien vouloir vous y rendre par vos propres moyens. »
Et ça, ça ressemble à une sorte de teste comme pour faire le tri, ce qui confirmerait qu'il ne soit pas le seul... Aller faire un tour dans la ruche s'imposait. De toute façon il lui fallait aller racheter à manger avec le reste d'argent de la veille.

***
« Hé mec ! Dis... tu veux de... tu veux de la dope ? J'ai... j'ai de quoi faire planer mec ! »

Extellion sourit. Encore une fois son art pour "soigner" sa tenue et sa connaissance de la vie dans les sous-ruches s'avéra utile.

« Aaah tu souris mec ! Ça... ça veut dire que ... t'en veux hein ? Qu't'en veux par le Trône ! »

La lame sort de la manche de l'assassin et sa main libre plaque la bouche du dealer. De ses yeux bleus il le fixe tandis qu'il presse sa lame sur la gorge du revendeur.

« Ne fait pas référence à Lui quand c'est pour vendre de la drogue. Dis moi, tu es un revendeur. Et les revendeurs ont des patrons. Et les patrons savent tout. Et les revendeurs écoutent tout. Alors cela fait que les revendeurs savent souvent des choses. Tu sais des choses toi ? Dis moi je t'écoutes. »

Il libére la bouche du misérable tandis qu'il appuie un peu plus avec son couteau.

« Sûr que je... je sais des trucs monsieur... mais par pitié ... laissé... laissé moi en vie... tout ce que vous voulez savoir mais... »
« On va aller boire un verre, je sens des pièces dans la poche intérieur de ton veston. »


***
Extellion s'assit de façon à pouvoir surveiller l'entrée, et les clients susceptibles d'être des pisteurs bien qu'il doutait que des types servant l'Inquisition soient de simples amateurs. C'était lui qui avait choisi le bar, mais son nouvel ami qui avait payé bien entendu.

« Tu m'as dis savoir de choses alors racontes. Et cela à intérêt de valoir la peine sinon je t'ôte quelques doigts. »
« Je... euh oui. Vous comptez pas m'achetez de la dope en... en fait ? »
« Non. Alors dis moi, y a-t-il eut des choses pas net dans la sous-ruche ces derniers temps ? »
« Bah... le patron est très fâché, il ... il a eut de soucis. Sûr de sûr que monsieur Varic est... pas content. »
« Je te l'avais dit : les revendeurs savent des choses. Que lui est il arrivé ? »
« Il... euh... il a eut un problème avec un étranger. Ça a pas... pas du être drôle. Quand je suis aller lui ramener sa part des mes... mes bénéfices ses gardes du corps avaient changés. Bah sûr de sûr c'est bizarre parce que... ça a toujours étaient les même depuis que je ... je bosse pour lui. Et il était en colère. Oui, sûr que monsieur Varic était en colère. Un étranger qui lui fait des misères... ça lui plait pas ça. Pas du tout. Il veut mettre sa tête à prix... »
« Et que sait-on de cette étranger ? »
« Rien de rien... moi je sais rien mais la putain du bordel parle d'un hors-monde. Et une histoire d'armes. Sûr de sûr que ça il aime monsieur Varic. On dit que... c'est ça le soucis. Quand l'étranger l'est arrivé dans ... notre trou pollué l'patron a remarqué ses armes et du coup il a fait comme d'hab' le patron ... il a pris. »


Le sourire pitoyable ornant le visage du sous fifre était affligeant aux yeux d'Extellion, mais il s'était avéré utile. Un étranger récemment débarqué, armé et qui créé du grabuge. C'est forcément intéressant, et si ça se trouve cela pourra peut être vérifier ce qu'il craint : ce prochain job est un boulot en équipe.

« Merci bien, tes infos vont m'être utiles. Rappelles-toi : tu m'as pas vu, t'avais juste envie de boire un coup et t'es venue là c'est tout. »
« Sûr de sûr... j'vous ai pas vu
, dit-il en souriant. Oh regardez dehors il pleut de nouveau... »

Mais le temps de retourner la tête de nouveau vers l'assassin la place à ses côtés était vide.

« Sûr qu'il est bizarre celui-là
, dit-il pour lui même. Sûr de sûr, mais j'veux pas d'ennuis alors j'ai vu personne et j'avais juste envie de boire un coup comme il dit. »

***
Extellion était sorti par la fenêtres des toilettes. Personne ne l'avait suivi dans le bar, cela ne voulait pas dire que personne n'attendait qu'il ressorte. Il ne s'était pas amusé à semer le cyber rat par plaisirs. Non, il était de plus en plus méfiant et préféré ne pas être espionner, même si ce sont ces futurs employeurs. La pluie acide ruisselait sur sa capuche. Cette fois il avait pris son respirateur. Et maintenant trouvons cet étranger fraichement débarqué qui attire l'attention. Déjà qu'un hors-monde doit avoir du mal pour passer inaperçu vu les standards physiques locaux...

Investigation: +2
Intimidation: +1
Discrétion: +1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rulfr
Citoyen
avatar

Messages : 886

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Sam 13 Aoû - 16:57

IDRISS IV

Lorsqu'on frappa à sa porte Eoghan eue l'impression que c'était à cou de masse tellement çà lui faisait mal au crâne. "J'aurais pas dû ouvrir une quatrième bouteilles hier soir..."

"Entrez." grommela -t-il.
"Eoghan lève toi on a une mission qui risque fort de t'intéresser."
"Bonjour à toi aussi Kelea, oui je vais bien merci ..."
"Oh çà va, bon si çà peux te faire plaisir bonjour Eoghan, tu as passé une bonne nuit ?"
"Ouais même si quand je me suis endormi tu étais à côté de moi et là je te vois en pleine forme alors que moi j'ai un régiment de Basiliks qui tire tout ce qu'il peut dans mon crâne ..."
"Petite nature va, on a bu que trois bouteilles d'amasec chacun."
"Merde j'ai arrêté de compter à quatre pour nous deux
..."
"Allez va prendre une douche çà va te rafraichir et habilles toi on pars dans dix minutes."
"Ok, ok je sors du lit
..."


Après s'être préparer et avoir ingurgité trois tasses de café, et du vrai pas de la camelote auquel ont droit les soldats, privilège de l'officier en second des FDP de la cité-ruche Elphebas; Eoghan rejoignit la chimère de commandement de l'adjudant Kelea et lui demanda :
"Tu peux me redire ce qu'on va faire."
"Un docteur est arrivé sur Idriss IV en même temps que toi est impliqué dans une histoire de culte chaotique chez les Arbites locaux..."
"Et tu penses qu'il pourrait avoir les mêmes raisons que moi de venir sur cette planète et donc on va le rechercher ?"
"Bingo! Par contre on a perdu sa trace dans les rues sinueuses de la sous-ruche."
"Commençons déjà par aller chez les Arbites pour voir ce qu'on peux avoir comme info, et faudrait savoir si le médecin est impliqué dans l'histoire du culte et donc savoir s'il y a des indices concernant les membres présumés de ce culte."
"T'as vite décuvé dis moi
." dit l'adjudant avec un grand sourire.
"Moins vite que toi mais je vais m'entraîner." lui répondit Eoghan en devenant sérieux, les Basiliks dans son crâne avaient laissés la place à une réflexion :"Je ne serais donc pas seul à avoir été approché par l'Inquisition, faudrait que je sache combien d'autres personnes sont dans la même situation que moi ..."


"Dis tu comptes rester longtemps devant ma chimère ? T'embarques ou tu comptes y aller à pieds ?"
"J'arrive, j'arrive
."


Investigation: +2


Dernière édition par Rulfr le Mar 15 Mai - 19:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://obscuraelibrarium.forumgratuit.org/
Malatesta
Citoyen
avatar

Messages : 231

MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   Sam 13 Aoû - 21:26

Idriss IV, Ruche Elphebas

"Va te faire mettre connard !" répondit le gangster en lui crachant au visage
"Peut-être bien, mais pas par toi en tout cas !" répliqua Darek en descellant une brique du mur, qu'il lui abattit ensuite sur la tête d'un fort élégant revers.

Remettant le vox de son agresseur en marche après s'être assuré qu'il était bien assomé, il entendit ses comparses s'escrimer à le contacter. Tentant tant bien que mal d'imiter la voix rauque et décharnée qu'il avait entendue, Darek leur répondit.
"Ouais ouais, ça va, j'ai juste glissé sur une flaque de bière. L'autre plouc est toujours aux chiottes à gerber son p'tit déj', il en tient une bonne en tout cas."
"Ok Melvin, mais oublie pas ce que Varic a dit, c'est un dangereux ce type." lui répondit une voix masculine qu'il devait avoir réussi à tromper

Varic, fils de pute, tu va me la payer celle-là ! enragea Darek en entendant le nom de cette enflure encore une fois.

Sortant dans la ruelle par la fenêtre, Darek alla se tapir dans un recoin sombre et parla à nouveau dans le vox.
"Y a un truc bizarre, je vais jeter un oeil ... Putain, il s'enfuit par la fenêtre, enfermez-le dans la ruelle !" gueula-t'il

Les deux autres surgirent au pas de course dans l'impasse, manifestement surpris de n'y trouver nulle âme. Avançant avec précaution, ils sortirent des plis de leurs manteaux des fusils d'assaut. Armant silencieusement ses pistolets, Darek attendit patiemment que le premier dépasse sa position ; il surgit alors comme un diable hors de sa boîte, abattant la fille qui venait en deuxième de deux balles dans la tête, se donnant à peine le temps de plonger derrière deux barils tandis que le premier se retournait et ouvrait le feu, inondant de plomb incandescent la position où Darek se trouvait une fraction de seconde auparavant.

Putain ça fait longtemps que j'avais plus participé à une vraie fusillade, j'ai les réflexes tout rouillés maugréa-t'il quand une balle traversa son bras de part en part. Empoignant son auspex, il constata que l'autre s'était aussi mis à couvert derrière une poubelle métallique, et continuait à l'arroser.

Ce connard arrivera bien à court de munitions à un moment ou quoi, merde ! pesta Darek en baissant à nouveau la tête. Comme si quelque force avait décidé d'écouter ses invectives, il entendit soudain le cliquetis caractéristique d'un fusil Urdeshi expulsant son chargeur vide. Sortant de son couvert, Darek avança vers le dernier sbire de Varic en ajustant sa visée pour le forcer à baisser la tête ; arrivé de l'autre côté de la large poubelle, il prit son élan et sauta dans la poubelle même. Malgré l'insoutenable odeur et l'acide stagnant dans le fond qui attaquait la semelle de ses bottes de combat, il avança vers la position présumée de l'ennemi, pour se rendre compte avec horreur quand celui-ci ouvrit le feu que Varic leur avait même fourni des munitions perce-blindage. Esquivant miraculeusement la première rafale, Darek laissa tomber les pistolets et chargea en dégainant son couteau de l'étui qui pendait mollement à sa ceinture, sautant par dessus le rebord pour atterrir aux pieds de l'homme qui fut trop surpris par son arrivée spectaculaire pour remarquer la lame qui s'enfonça dans son abdomen avant de remonter jusqu'à la gorge.

Tandis qu'il rangeait ses armes et s'apprêtait à déguerpir vite fait, Darek se retourna soudain sur une intuition pour se trouver nez à nez avec un autre gusse, tout maigre, qui le regardait d'un air bizarre ...

Résistance aux blessures: +1
Dextérité: +2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ORDO HERETICUS - RP   

Revenir en haut Aller en bas
 
ORDO HERETICUS - RP
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ordo Xenos Projet de membre
» Trilogie Eisenhorn par Dan Abnett
» Ordo Reductor
» L'Ordo Sepulturum
» vos citations favorites

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CITE RUCHE :: Fissure Warp :: Ordo Hereticus-
Sauter vers: